Walhalla

"Cambridge Analytica" : qui vous espionne sur Facebook ?

Le célèbre réseau social est actuellement secouée par un scandale d'ampleur. Et au cœur de ce la tempête  : une entreprise au nom plutôt énigmatique. Weekly vous en dit plus.

Selon un sondage publié vendredi dernier par Le Parisien Magazine, un français sur quatre envisage aujourd'hui de supprimer son compte Facebook, afin de protéger ses données personnelles. C'est dire à quel point la méfiance est désormais de mise parmi les utilisateurs de Facebook.

Et depuis plusieurs semaines, une entreprise est étroitement liée à la crise qui a mené Mark Zuckerberg à venir s'expliquer devant le Congrès américain. Il s'agit de Cambridge Analytica, une société de stratégie en communication dont le siège social est à Londres mais qui possède aussi des bureaux à Washington et New-York.

Sur son site, le message d'accueil donne déjà le ton : "Data drives all we do". Soit : "Les données guident tout ce qu'on fait". Et l'entreprise les utilise pour permettre à ses clients de comprendre le comportement du public ou de l'audience visée et ainsi de le changer ou de l'adapter à ses besoins.

Pourquoi est-elle mise en cause ?

Dans le scandale Facebook, Cambridge Analytica est accusée d'avoir entre 2013 et 2014 récupéré des données de centaines de plusieurs millions d'utilisateurs, via une application "This is your digital life" qui proposait un simple questionnaire de personnalité mais cachait en fait une véritable opération de collecte d'informations personnelles, son téléchargement impliquant une autorisation d'accès aux informations personnelles. Et pas seulement pour ceux qui s'étaient laissés tenté par le test mais aussi leurs "amis" du réseau ! Au total, si 270 000 utilisateurs ont fait le questionnaire, 87 millions d'individus auraient ainsi vu leurs profils et messageries fouillés ! Selon Facebook, 80% des "analysés" par la société londonienne sont américains. 211 591 seraient français.

Mais à quoi ont servi ces données ?

Pour ne rien arranger à cette collecte pirate et au non respect de la vie privée, les données recueillies par Cambridge Analytica auraient été notamment utilisées pour la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016. La firme s'est ainsi servi des informations qu'elle avait en sa possession pour informer le camp républicain sur qui pourrait voter pour le candidat, dans quelle zone....et ainsi agir en conséquence.

Qui ?

Dans la liste des actionnaires qui ont financé la création de la filiale américaine Cambridge Analytica, en 2013, on retrouve un certain Robert Mercer. Le milliardaire américain est connu pour être un conservateur, proche de Steve Bannon et surtout...de Donald Trump. 

Selon Christopher Wylie, ancien cadre de la société et lanceur d'alerte qui a révélé le scandale, Cambridge Analytica aurait aussi joué un rôle majeur dans le vote pour le Brexit.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs