France

L'essentiel de l'actualité en France du 1er au 7 avril 2017

Le plan d'urgence pour la Guyane validé mais la grève maintenue, la mort d'un soldat français au Mali, une enquête sur le dispositif de sécurité à Nice lors de l'attentat du 14 juillet, une autre sur la mort d'un ressortissant chinois tué par la police à Paris, un grand débat avec les candidats à la présidentielle... Voici ce qu'il ne fallait pas manquer cette semaine !

1. Guyane : un plan d'urgence validé mais le mouvement continue. Le plan de plus d'un milliard d'euros annoncé samedi à Cayenne a été présenté en Conseil des ministres et validé mercredi. François Hollande a affirmé que le gouvernement devait faire preuve de "responsabilité" et de "dialogue" dans ce dossier, alors qu'Ericka Bareigts et Matthias Fekl sont rentrés de Guyane. Des mesures sur la sécurité, l'éducation et la santé ont été annoncées, ainsi que la mise en place d'un groupe de suivi pour poursuivre les discussions.

Dans le département, les manifestants ont jugé cela suffisant et exigent désormais 3 milliards d'euros, une somme rejetée par l'Etat. Les marches et les blocages ont donc continué, notamment celui du Centre spatial de Kourou, occupé de mardi à mercredi. Malgré l'appel du Medef Guyane a stoppé la grève, le collectif a confirmé jeudi la poursuite du mouvement "jusqu'à nouvel ordre", lors d'une conférence de presse.

2. Un soldat français tué au Mali. L'Elysée a annoncé ce jeudi la mort du caporal-chef Julien Barbet, du 6ème régiment de génie d'Angers, tué la veille dans une embuscade dans l'est, près de la frontière du Burkina Faso. Son détachement intervenait après l'attaque d'un blindé par un engin explosif quand il a été pris pour cible par des tirs de terroristes. Depuis janvier 2013, 19 soldats français sont morts au Mali.

3. Nouvelle enquête après l'attentat de Nice. Une information judiciaire a été ouverte mercredi pour permettre à deux juges d'enquêter sur le dispositif de sécurité mis en place dans la ville pour les manifestations du 14 juillet. Une des questions posées est de savoir si le risque avait bien été évalué, si le dispositif policier était suffisant. L'attaque au camion avait fait 86 morts sur la Promenade des Anglais et de nombreux blessés.

4. Deux adolescentes interpellées à Nice pour possible projet d'attentat. Deux jeunes filles de 14 et 17 ans ont été arrêtées samedi à Nice et Levens par les services antiterroristes, soupçonnées de préparer un attentat. Les enquêteurs n'ont pas dévoilé où elles en étaient de leur projet, des éléments ayant été découverts lors des perquisitions à leur domicile.

5. Attentats de Paris : les révélations de Mohamed Abrini. Si Salah Abdeslam reste silencieux, ce n'est pas le cas de Mohamed Abrini, impliqué dans les attentats de Paris et de Bruxelles. Devant les juges, celui qui a été interpellé il y a un an à Anderlecht a expliqué son implication, une déposition qui date de juin 2016 mais à laquelle France Inter a pu accéder. S'il avait au départ minimisé son rôle, Mohamed Abrini a bien participé aux préparatifs des attentats de Paris et conduit le commando à une planque, la nuit du 13 novembre 2015. Recherché, on le retrouve accompagnant les deux kamikazes à l'aéroport de Zaventem en mars 2016.

6. Double assassinat de Magnanville : gardes à vue. Trois personnes ont été arrêtées dans l'enquête sur l'assassinat de deux policiers, en juin 2016. Parmi eux, la sœur du tueur Larossi Abballa et Sarah Hervouët, qui faisait partie du commando de femmes soupçonnées d'avoir voulu faire exploser une voiture près de Notre-Dame, en août 2016.Un lien entre les faits a donc été établi, avec en possible "cerveau" le terroriste de l'EI Rachid Kassim, vraisemblablement tué depuis dans un bombardement en Irak. Les gardes à vue ont été levées jeudi soir.

7. Sid Ahmed Ghlam, déjà visé par un mandat d'arrêt algérien. Le suspect de l'attentat raté de Villejuif en avril 2015 était visé par une enquête judiciaire en Algérie pour activités terroristes depuis décembre 2014 et un mandat d'arrêt avait été lancé à son encontre. Sid Ahmed Gham est actuellement en prison, mis en examen pour assassinat terroriste. S'il n'avait pas attaqué une église comme cela semblait être prévu, une jeune femme, Aurélie Châtelain, avait été retrouvée morte dans son véhicule, à Villejuif. Les enquêteurs soupçonnent Sid Ahmed Ghlam de l'avoir tuée.

8. Fouille autorisée pour la police dans le métro. Suite à l'attentat de Saint-Pétersbourg, le préfet de police de Paris a pris un arrêté mercredi autorisant pendant 24h la police à fouiller les bagage des usagers du métro et du RER. Une mesure quotidienne mais qui peut être renouvelée. Le ministère de l'Intérieur, favorable à cette mesure, avait aussi annoncé dès lundi un redéploiement de 140 gendarmes pour assurer la surveillance des transports en commun.

9. Les policiers agressés à Viry-Châtillon décorés. Grièvement brûlés par le jet de cocktails molotov en octobre dernier alors qu'ils étaient en mission de surveillance, les deux agents ont reçu mardi la médaille de chevalier de l'Ordre national du mérite. Actuellement, selon le ministre de l'Intérieur, 15 personnes sont incarcérées pour ces faits.

10. Retour en héros du proviseur du lycée de Grasse. Trois semaines après la fusillade, Hervé Pizzinat a fait son retour dans l'établissement ce jeudi. A cette occasion, il a été décoré de la Légion d'honneur par la ministre de l'Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem. "Avoir peur et agir quand même, c'est cela le courage […] Votre acte, votre engagement, votre personne méritent la Légion d'honneur", a-t-elle salué. Le 16 mars dernier, Hervé Pizzinat s'était interposé face au jeune Killian, 16 ans, qui voulait tuer plusieurs élèves du lycée de Tocqueville où il était scolarisé. Le proviseur avait été blessé au bras.

11. Enquête ouverte suite à la mort de Liu Shaoyao. Environ 6000 personnes se sont rassemblées dimanche place de la République pour réclamer "la vérité" sur ce décès, le parquet de Paris a décidé mercredi d'ouvrir une information judiciaire pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique, avec usage d'une arme". Le père de famille chinois a été tué le 26 mars dernier lors d'une intervention de la police. Les versions des forces de l'ordre et des proches de la victime divergent.

12. Premier et dernier débat présidentiel à 11. Mardi, BFM et CNews ont organisé leur grand débat, à moins de 20 jours de la présidentielle. Tous les candidats qualifiés pour le premier tour étaient présents : Benoît Hamon, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Asselineau, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle et Jacques Cheminade. Pendant 4 heures, ils ont débattu sur l'emploi, la sécurité, le social et la moralisation de la vie politique.

13. France 2 a renoncé à son débat. Face aux nombreux refus et autres réticences, France 2 a finalement décidé mercredi de ne plus organiser son grand débat entre les 11 candidats, le 20 avril prochain. Le format devrait changer et devenir une succession de 11 interviews individuelles d'un quart d'heure., diffusé à la même date. L'ordre de passage sera tiré au sort.

14. Mélenchon peut-il dépasser Fillon ? Jugé à nouveau le plus convaincant après le débat de mardi, Jean-Luc Mélenchon se rapprocherait de François Fillon, selon un sondage Elabe pour BFMTV et l'Express publié mercredi. Le candidat de la France Insoumise serait à 17%, à deux points du candidat LR (19%). En tête, Marine Le Pen et Emmanuel Macron seraient au coude à coude, avec 23,5%. Benoît Hamon lui est passé en dessous de la barre des 10%.

15. François Fillon maintient ses accusation de "cabinet noir". Le candidat LR a réaffirmé jeudi qu'il avait les éléments "pour poursuivre le moment venu ceux qui sont à l'origine de l'affaire", même si le parquet financier a annoncé qu'il n'ouvrirait pas d'enquête. François Fillon est persuadé que François Hollande en personne est à l'origine de ses ennuis judiciaires. L'Elysée, qui dément ces accusations de cabinet noir, a en revanche affirmé que des collaborateurs, notamment Gaspard Gantzer, avaient reçu des menaces de mort.

La campagne n'est en tout cas pas simple pour François Fillon qui a été enfariné à son arrivée à son meeting de Strasbourg, jeudi. Deux hommes ont été placés en garde à vue.

16. Bientôt des sanctions pour les soutiens socialistes à Emmanuel Macron ? Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a décidé jeudi de saisir la commission des conflits du parti pour étudier le cas des élus qui ont décidé de ne pas soutenir Benoît Hamon à la présidentielle.

17. Nouveaux soupçons d'emploi fictifs au FN. Le parquet de Lille a ouvert une enquête préliminaire sur des soupçons d'emplois fictifs au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, entre 2010 et 2015. Le groupe Front national, présidé à cette période par Marine Le Pen et David Rachline, suspectés d'avoir utilisé les moyens humains et matériels de la collectivité pour préparer la campagne présidentielle de 2012. L'enquête aurait été ouverte après une dénonciation anonyme au parquet de Paris. Jeudi, David Rachline a reconnu avoir été salarié "pendant trois mois" du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais alors qu'il était élu en Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

18. Accusé de détournement de fonds public, Laurent Wauquiez engage des poursuites. Le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de porter plainte pour "dénonciation calomnieuse" contre le conseiller régional socialiste Stéphane Gemmani, qui l'accuse d'avoir utilisé un voyage en Chine en février à des fins de "propagande électorale", pour soutenir François Fillon. Une enquête sur ces faits a été ouverte fin février par le parquet de Lyon, selon Rue89.

19. Mise en examen du président de la métropole de Lille. Après deux jours de garde à vue, Damien Castelain, le président de la MEL, a été mis en examen mercredi pour des soupçons de favoritisme et de corruption dans l'attribution d'un chantier dans la ville, en 2008. Trois autres personnes ont été mises en examen dans ce dossier.

20. Démission de l'évêque de Dax pour "attitudes inappropriées". La Conférence des évêques de France a annoncé jeudi que la démission de Mgr Hervé Gaschinard avait été acceptée par le pape François. Il était accusé d'attitudes et de paroles inappropriées" dans sa relation pastorale avec les jeunes. Selon un responsable, il n'est "en aucun cas question d'agressions ou d'actes sexuels". Aucune plainte n'a pour l'instant été déposée.

21. Affaire Elodie Kulik : un renvoi aux Assises. Willy Bardon, soupçonné d'avoir participé au viol et au meurtre de la jeune banquière de 24 ans en janvier 2002, devrait être jugé aux Assises de la Somme, selon les réquisitions du parquet, qui interviennent après la clôture de l'enquête en février 2016. Selon la défense du suspect, le seul élément à charge est l'enregistrement où l'on entendrait la voix de ce dernier sur l'appel d'urgence émis par Elodie Kulik juste avant son meurtre. Willy Bardon, mis en examen, est actuellement sorti de prison, sous surveillance électronique.

22. EDF pourrait fermer Fessenheim mais sous conditions. La décision est tombée jeudi, lors du conseil d'administration d'EDF : une motion a été votée permettant la fermeture de la centrale nucléaire mais sous conditions, notamment la mise en service préalable de l'EPR de Flamanville 3. François Hollande s'était pourtant engagé à fermer Fessenheim avant la fin de son mandat.

Le démarrage de l'EPR de Flamanville, avec plusieurs années de retard, est en tout cas toujours annoncé pour fin 2018. Mais une révélation vient de semer le doute : selon France Info, l'Autorité de sûreté nucléaire a averti dès 2005 EDF et Areva qu'un de leurs fournisseurs, La Forge du Creusot, avait fourni des pièces non conformes à la réglementation à plusieurs centrales. Des informations qui n'ont eu aucune conséquence jusqu'à maintenant.

23. Accord pour la reprise des chantiers de Saint-Nazaire. Un projet d'accord a été présenté jeudi par le gouvernement pour la reprise des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire par l'italien Fincantieri, qui sera toutefois à moins de 50% du capital. L'Etat conserverait 33% et d'autres actionnaires se partageraient le reste.


Sinon dans le reste de l'actualité, on retiendra aussi...

L'explosion accidentelle d'une structure de bois enflammée samedi lors d'un carnaval à Villepinte, en Seine-Saint-Denis, a fait une quarantaine de blessés. Une enquête a été ouverte.

L'homme qui avait déposé une fausse bombe au centre commercial Vélizy 2 en février dernier a été condamné à deux ans de prison, dont six mois avec sursis.

Le site Whirlpool d'Amiens, qui doit fermer en juin 2018, pourrait compter sur "une quinzaine de marques d'intérêt" selon le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue.

Le fabricant de bonbons Haribo a annoncé la suppression d'une centaine de postes sur ses sites en France, pour concentrer sa production en Allemagne et aux Etats-Unis.

Le parquet national financier enquête actuellement sur 26 "cibles" françaises, liées à l'affaire des Panama Papers. Il s'agit de contribuables qui auraient dissimulé de grosses sommes dans des sociétés offshore et d'intermédiaires les ayant aidé.

La CGT a confirmé mercredi qu'elle ne signerait pas l'accord sur l'Assurance chômage, validé par les quatre autres syndicats et qui doit entrer en vigueur le 1er septembre prochain.

Vendredi dernier, la CFDT est devenue le premier syndicat national dans le secteur privé, devant la CGT, leader historique.

Le mouvement Nuit Debout qui a "fêté" son anniversaire en se rassemblant place de la République plusieurs jours.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.

Suivez-nous

Top des Recherches

Les auteurs