France

L’essentiel de l’actualité en France du 28 janvier au 3 février 2017

C’est le rattrapage de l’actualité en France. Les nouveaux rebondissements du Penelope Gate. Benoît Hamon lâché par une partie de la gauche. Marine Le Pen qui ne remboursera pas le Parlement européen. Serge Dassault condamné à deux millions d'euros et cinq ans d'inéligibilité. Les frères Karabatic condamnés à de la prison avec sursis. Ou encore Pedro Almodovar président du festival de Cannes… Voilà ce qu’il ne fallait pas rater cette semaine.

1/ Nouvelles révélations dans le Penelope Gate. Difficile semaine pour François et Penelope Fillon. Une semaine après ses premières révélations sur les emplois présumés fictifs de l’épouse du candidat à la présidentielle 2017 comme attachée parlementaire de son mari et comme salariée de la Revue des deux mondes, Le Canard enchaîné est revenu sur l'affaire dans son édition de mercredi. Le quotidien a réévalué la somme perçue par Penelope Fillon qui aurait finalement touché 831.440 euros brut, et non plus 500.000 euros, et aurait été rémunérée dès 1988, et non de 1998 à 2002.
Une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics et d'abus de bien social au titre d'un contrat de travail non honoré à la Revue des deux mondes a été ouverte.
Lundi, François et Penelope Fillon ont été entendus séparément dans les bureaux versaillais des enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières (OCLCIFF).
Mardi, les bureaux de François Fillon à l'Assemblée nationale ainsi que les services administratifs du Palais Bourbon ont été perquisitionnés.
Lors d’une conférence devant des entrepreneurs, François Fillon a dénoncé une "opération de calomnie très professionnelle, d'une extrême ampleur, sans précédent sous la Ve République". Il s’est dit "serein et confiant dans l’attente de la clôture de l’enquête".
Jeudi, l'enquête sur les emplois présumés fictifs de Penelope Fillon a été étendue aux activités de Charles et Marie Fillon, les aînés des enfants du couple.
Hier encore, l’émission "Envoyé Spécial" a retrouvé "un document compromettant" : une interview de Penelope Fillon accordée en 2007 à un journal britannique dans laquelle elle déclare : "Je n'ai jamais été son assistante, ou quoi que ce soit de ce genre-là".

2/ François Fillon ne se retirera pas et Alain Juppé ne sera pas "un plan B". Mercredi, dans une allocution devant les parlementaires, François Fillon s’est donné deux semaines pour se sortir du Penelope Gate en déclarant : "J’ai employé ma femme comme assistante parlementaire, elle a été rémunérée légalement et à des niveaux normaux. Une enquête est en cours, je m’en réjouis. On a quinze jours à tenir. Dans quinze jours, on aura le résultat".
Des propos qui n’ont pas rassuré tout le monde. Certains estiment même que l’heure est grave et qu’une solution de remplacement devrait être trouvée. Le député LR du Rhône George Fenech a appelé sur Franceinfo à "provoquer un conseil national extraordinaire afin de prendre une décision dans l’urgence", estimant même que "le résultat de la primaire est caduc". De son côté, le député LR de la Manche Philippe Gosselin a appelé "M. Fillon à se poser des questions sur son retrait". Alain Juppé, lui, a assuré : "quoi qu'il arrive, je ne serai jamais un Plan B".
Heureusement, François Fillon a encore quelques soutiens. 17 parlementaires des Républicains et de l'UDI ont cosigné une tribune dans les colonnes du Figaro pour dénoncer une "tentative de mise à mort" orchestrée par ses adversaires.

3/ François Fillon serait éliminé dès le premier tour de la présidentielle. Selon un sondage Elabe pour Les Echos et Radio classique, le candidat de la droite est en chute libre. Il passe pour la première fois sous la barre des 20 % des intentions de vote et serait privé de second tour.

4/ Benoît Hamon vainqueur de la primaire déjà lâché par une partie de la gauche ? Le week-end dernier, Benoît Hamon a remporté le second tour de la primaire de la gauche face à Manuel Valls. L’heure est désormais au rassemblement. Le désormais candidat de la gauche à la présidentielle a assuré : "Nos différences ne seront pas irréductibles quand il s'agira d'affronter nos vrais adversaires".
Pourtant, l’aile droite du PS, soutiens du gouvernement et de Manuel Valls, a annoncé son refus de faire campagne pour un ancien frondeur. Les élus socialistes semblent même préparer une défection massive en faveur de Macron. Dans une tribune, ils ont expliqué : "Socialistes nous sommes, socialistes nous entendons rester. Mais comment le nier: à l'issue de cette primaire qui n'a rien résolu, nous sommes confrontés à un cas de conscience inédit : comment porter un projet présidentiel conçu comme l'antithèse d'une action de mandature que nous avons soutenue et dont nous revendiquons les avancées ?".
Si Manuel Valls, a décidé de partir en vacances lors de l’investiture officielle de son ancien adversaire, il a toutefois appelé ses soutiens à rester au PS. Il ne quitte pas la scène politique pour bien longtemps. Il a d'ores et déjà annoncé qu'il serait candidat aux législatives de juin prochain. Il a par ailleurs accepté l'idée de constituer une "plateforme", une structure au sein du Parti socialiste.

5/ Benoît Hamon reçu à l'Élysée. Hier, le candidat de la gauche a été reçu par François Hollande. Un échange "très riche" et "très intéressant" qui ne signifie pas pour autant qu'il y a eu un "passage de témoin". L’occasion également pour Benoît Hamon de revenir sur le Penelope Gate : "Les affaires de François Fillon, je les laisse à François Fillon. Ce qui m'intéresse, c'est de parler aux Français des questions d'emploi, de travail, de santé et d'environnement, elles me semblent plus importantes".

6/ Marine Le Pen ne remboursera pas le Parlement européen. L’institution lui réclame 298.392 euros correspondant à l’emploi présumé fictif de Catherine Griset comme attachée parlementaire entre décembre 2010 et mi-février 2016. Le Parlement européen réclame également à Marine Le Pen de rembourser 41.554 euros correspondant à l’emploi présumé lui aussi fictif comme assistant parlementaire de son garde du corps, en octobre et novembre 2011. La présidente du Front national a déclaré : "Je ne me soumettrai pas à la persécution, à cette décision unilatérale prise par des adversaires politiques avec exécution provisoire en violation de l’État de droit, des droits de la défense, sans preuve et sans attendre que la justice que j’ai saisie ne se prononce au fond".

7/ Le FN promet un référendum sur la "priorité nationale". Dans un entretien accordé au journal Le Monde, Marine Le Pen a confirmé sa volonté d’inscrire la "priorité nationale" dans la Constitution à travers un large référendum qu'elle proposerait aux Français en cas d'accession au pouvoir. La présidente du FN a également assuré que les négociations sur un "Frexit" (sortie de la France de l'Union européenne) pourraient se faire "assez rapidement", en six mois.

8/ Serge Dassault condamné à deux millions d'euros et cinq ans d'inéligibilité. Jugé pour blanchiment de fraude fiscale, l’industriel a été reconnu coupable d’avoir caché des millions à l'étranger pendant quinze ans. Il a écopé d’une amende de deux millions d'euros et de cinq ans d'inéligibilité. Il a échappé à la prison, les juges décidant de tenir compte de son grand âge (91 ans). Ses avocats ont immédiatement annoncé l'intention de Serge Dassault de faire appel.

9/ Mohamed Abrini mis en examen par la justice française. Surnommé "l'homme au chapeau", le suspect-clé des attaques de Paris et Bruxelles, détenu en Belgique où il avait été arrêté le 9 avril, a été remis à la France, lundi. Il a été mis en examen dans l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015.

10/ Les propriétaires de résidences secondaires davantage taxés. Grâce à un amendement socialiste voté récemment par l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de budget 2017, les villes situées dans les zones dites "tendues" vont pouvoir moduler la taxe d’habitation de 5 à 60 % réclamée aux propriétaires de résidences secondaires.

11/ Le gouvernement refuse de rouvrir des structures à Calais. Trois mois après le démantèlement de la "Jungle", le gouvernement a "confirmé la fermeture de tout dispositif sur la lande de Calais" afin "de ne pas en faire un point de fixation" et "éviter la reconstitution de campements d'infortune à Calais et ses environs". Les associations, elles, dénoncent un "déni de réalité".

12/ La loi Littoral modifiée. L’Assemblée nationale a adopté une version revue et corrigée de la proposition de loi PS pour adapter les territoires littoraux au changement climatique, c’est-à-dire pour mieux prendre en compte le fait que la limite entre terre et mer, appelée "trait de côte", évolue chaque année, de nombreuses côtes reculant du fait de l’érosion. Le texte prévoit quelques assouplissements de la loi Littoral. Pour autant, les députés sont revenus sur la possibilité de davantage urbaniser les côtes votée en première lecture au Sénat.

13/ Les artisans devront annoncer leurs prix sur Internet. Selon un arrêté paru samedi dernier au Journal officiel, les professionnels intervenant au domicile des particuliers pour des travaux (plombiers, serruriers…) devront obligatoirement afficher leurs tarifs sur internet s'ils ont un site dès le 1er avril prochain. Le texte prévoit par ailleurs qu'avant tout travaux, les professionnels devront remettre au client un document détaillé où devront figurer les informations auparavant précisées dans les documents appelés "ordre de réparation" et "devis".

14/ Médiation prolongée dans le conflit Uber. Mercredi, la société a promis "un effort considérable" en faveur des chauffeurs VTC "en difficulté". Elle a ainsi annoncé "un dispositif financier, technique et humain d'envergure pour accompagner les chauffeurs en difficulté à améliorer leur rentabilité". Le médiateur Jacques Rapoport a décidé de laisser quelques jours supplémentaires à Uber avant de remettre son rapport au gouvernement. Les chauffeurs, eux, ont accueilli avec méfiance cette annonce de dernière minute.

15/ Les frères Karabatic condamnés à de la prison avec sursis. Dans l’affaire des matches de handball truqués, Nikola et Luka Karabatic ont été condamnés en appel à Montpellier à deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende chacun. Une condamnation plus lourde qu'en première instance. Ils sont reconnus coupables d'escroquerie lors du match Cesson/ Montpellier en 2012. Les compagnes des joueurs au moment des faits ont été condamnées à de simples amendes. Ils vont se pourvoir en cassation.

16/ Pedro Almodovar présidera le jury de Cannes. C’est donc le réalisateur espagnol qui décernera la Palme d’or de la 70e édition du festival, qui se tiendra du 17 au 28 mai. Il a été choisi parce qu’il est "unique et populaire, représente l’Espagne, l’Europe, la surprise, l’incandescence".

Et sinon, on retiendra dans le reste de l’actualité…
C'est une fin de non-recevoir pour le Front national. S’estimant lésé en termes de temps de parole ces derniers mois, il n’en aura pas davantage comme l’a décidé du CSA.

Le jeune homme qui avait giflé Manuel Valls en Bretagne va faire appel afin que "la circonstance aggravante de préméditation ne soit pas retenue".

Dans les Hauts-de-Seine, c’est finalement Arnaud de Courson, opposant historique des Balkany à Levallois, qui a été choisi par les Républicains pour se présenter aux prochaines législatives.

Dans une interview sur RFI, le négociateur nigérien chargé de la libération des otages d’Arlit refuse de faire le lien avec l’assassinat de Claude Verlon et Ghislaine Dupont au Mali, estimant qu’il s’agit d’un "rapt d’opportunité qui a mal tourné".

A Montpellier, le directeur d'un supermarché de Pignan a été tué par balles par un ancien employé. Le suspect a été interpellé.

Un médecin âgé de 64 ans a été retrouvé mort dans son cabinet à Nogent-le-Rotrou. Les enquêteurs ont relevé une trentaine de coups de couteau sur la victime. Selon Le Parisien, un suspect a été interpellé.

A Paris, un lycéen a été poignardé à quelques mètres de son établissement. Il est mort. Deux jeunes de 16 et 17 ans ont été arrêtés.

A Vitry-sur-Seine, un adolescent de 15 ans est mort sous les coups de son beau-père. Ce dernier a été mis en examen et écroué.

Un carambolage impliquant deux véhicules légers, un camion et deux bus a fait 70 blessés, dont 5 grièvement, sur l’A13.

Alors qu’EDF avait annoncé la suppression de 4.000 emplois, c’est finalement 5.000 postes qui vont disparaitre dans les trois ans.

Amazon lance "The Offer" en France. Une offre qui existe "partout dans le monde". Le groupe propose, chaque début d’année, à ses salariés qui auraient "un projet personnel" de démissionner en échange d’une prime pouvant aller "jusqu’à 8.000 euros". Les syndicats parlent, eux, d’un "plan de départs volontaires déguisé".

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous !

Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Top des Recherches

Les auteurs