Sport

L’essentiel de l’actualité sportive du 05 au 12 juin 2017

Avant les vacances, le Sport continue avec notamment Roland-Garros et les victoires finales de Nadal et Ostapenko, ou encore, la F1 et le retour au premier plan de Lewis Hamilton, sans oublier le football et les qualifications pour la CDM 2018 en Russie, la tournée d’été du XV de France, les finales NBA ou encore le Cyclisme et le Volley-Ball, ...

A l’affiche cette semaine, l’ogre Rafael Nadal, qui a réussi l’exploit de signer sa 10ème victoire, la « décima » sur la terre battue parisienne de Roland-Garros :

Largement favori avant le début de la quinzaine, le majorquin a répondu aux attentes et n’a pas failli sous la pression des pronostics. Mieux que cela, le champion espagnol a littéralement survolé le tournoi, ne laissant que des miettes à ses adversaires, à commencer par Stan Wawrinka, son rival en finale, pourtant invaincu à ce stade de la compétition (3 victoires sur 3 finales disputées) et qui n’a remporté que 6 jeux, pour une défaite sèche 6-2, 6-3 et 6-1 en seulement 2 heures et 5 minutes de jeu. Il faut dire que l’espagnol a tutoyé les sommets ce dimanche, ne commettant que 12 fautes directes, dont 4 après les 4 premiers jeux du premier set ! Sur les 15 jours, Rafa n’aura abandonné à ses adversaires que 35 jeux, soit le plus petit total de ces 10 victoires à Roland-Garros (le record appartient toujours à Bjorg en 1978 avec 32 jeux concédés). Il signe également son 15 succès en grand chelem et se rapproche des 18 de son grand rival de toujours, Roger Federer. A 31 ans, Nadal est peut-être au sommet de son art avec cette 73ème victoire en carrière dont 53 sur terre battue, et cette 2nde place au classement ATP, qui l’attend lundi. Ses prochains duels avec Roger Federer, autre grand bonhomme de ce début de saison nous promettent une saison ATP 2017 haletante et spectaculaire jusqu’au bout.

Chez les filles, au contraire, c’est la « sensation » Jelena Ostapenko, qui s’est imposé face à la numéro 4 mondiale, Simona Halep, en 3 sets, 4-6, 6-4, 6-3 :

Pourtant il y a encore 15 jours, le jeune lettone de 20 ans, seulement 47ème au classement WTA, n’avait encore jamais gagné un match sur l’ocre parisien. Pire encore, la joueuse n’avait même encore jamais gagné un titre WTA dans sa carrière et devient donc la première joueuse à réaliser cet exploit depuis Gustavo Kuerten, le 08 juin 1997, jour de sa naissance. Pourtant, elle était opposée à une joueuse, qui avait beaucoup à gagner dans cette finale. Comme son adversaire, Simona Halep, briguait un 1er titre en grand chelem, mais en plus, une victoire l’aurait propulsée au 1er rang mondial. Cette victoire, la roumaine y a cru à des multiples reprises durant cette rencontre, comme au second set où elle menait 3 à 0 après avoir remporté le 1er set ou encore dans la manche décisive pendant laquelle elle a mené 3 à 1. Mais à force de subir la puissance de son adversaire, dont le coup droit est en moyenne plus rapide que celui d’Andy Murray et qui a aligné sur cette rencontre 54 coups gagnants et 299 sur toute la quinzaine, elle a fini par laisser filer le match à son adversaire, bien aidée, il est vrai, par quelques coups du sort, dont ce revers dans le 7ème jeu de la 3ème manche ramené dans le cours par la bande du filet. Coup du sort ou pas, la jeune lettone, n’aura pas volé sa victoire, tant ses matchs pendant cette quinzaine ont apporté un vent de fraicheur et de renouveau à un tennis féminin, qui se cherche de nouvelles têtes d’affiche. Avec ce 1er titre, Jelena fait une entrée fracassante dans la cour des grandes et pourrait durer sur le circuit, tant sa puissance, sa précision et sa facilité ont impressionnantes.

En Rugby, une semaine après la finale du top 14, qui a sacré Clermont au dépend de Toulon, dans une image d’une extrême intensité, parfois à la limite de la violence et qui a laissé beaucoup de traces dans les rangs des 2 équipes, tous les regards sont braqués vers le XV de France en tournée en Afrique du Sud. Avec un groupe remanié et très jeune, les tricolores se présenter face aux Springboks, pleins d’ambition et d’espoir pour leur première rencontre à Pretoria, face à une équipe, annoncée en pleins doutes. Après une 1ère période plutôt équilibré, marquée par 1 essai de chaque côté, mais 3 pénalités du buteur sud-africain, Elton Jantjies, qui permettaient à ses hommes de mener logiquement 16 à 7, les tricolores vont totalement sombrer en seconde période, tant physiquement que mentalement, et vont subir la furia de leurs adversaires, qui inscrivent 2 essais entre la 61ème et la 68ème minutes, profitant du carton jaune de Brice Dullin, qui a également offert un essai de pénalité aux locaux. Pourtant les tricolores avaient parfaitement démarré ce second acte en inscrivant un essai par leur demi de mêlée, Baptiste Serin, entré en jeu à la place de Maxime Machenaud, leur permettant de revenir à 2 petits points de leurs adversaires. Au final, cette défaite ne souffre d’aucune contestation, tant les tricolores ont fait preuve de maladresse, d’imprécisions et ont énormément subi l’impact des sud-africains. Avec une conquête approximative et autant de ballons « tombés », les hommes de Guy Novès, qui a dû leur préparer quelques séquences vidéos, dont il a le secret, ne pouvaient espérer mieux, que cette défaite 37 à 14 :

face à un des cadors de l’hémisphère sud, qu’ils ont toujours autant de mal à battre, et devront réagir rapidement pour ne pas partir en vacances avec un « 0 » pointé lors de cette tournée d’été. Dans les autres rencontres, signalons la belle victoire de l’Angleterre en Argentine, dans un match enlevé, haletant et spectaculaire ponctué de 8 essais, 4 de part et d’autres. Fort de son succès dans le tournoi des 6 nations et de ces 17 victoires sur ces 18 derniers matchs, les anglais, malgré une équipe « Bis », en raison des blessures et des matchs des « Lions », sont parvenus à arracher la victoire dans les ultimes secondes à la faveur d’un essai de Solomona, l’ailier All-Black de 23 ans, qui se rachète un peu de ses récentes déclarations malheureuses (« Mon cœur n’est aps en Angleterre »). Pour suivre, l’ensemble des résultats de cette tournée d’été 2017 :

En Formule 1, le héros du week-end, disputé au Canada, se nomme Lewis Hamilton. Dès le samedi, le champion anglais a annoncé la couleur en remportant la pole position, à la faveur d’un tour de piste parfait, lui permettant de rejoindre son idole, Ayrton Senna, au classement des meilleurs polemen de l’histoire de la F1 avec 65 poles positions et de se rapprocher des 68 de Michael Schumacher. Pour l’occasion, la famille du champion brésilien avait décidé d’offrir au britannique un casque de son idole ; un cadeau devant lequel le triple champion du monde n’a pas pu contenir son émotion :

Une preuve, s’il en était nécessaire, que ces grands champions ne sont pas que des machines et restent humains derrière leurs performances hors-normes. Boosté par cet excellent d »but de week-end, Lewis Hamilton a survolé la course de dimanche en offrant aux spectateur et téléspectateurs un véritable cavalier seul pendant toute la durée de la course. Rapidement débarrassé de son rival pour le titre, Sebastian Vettel, qui a cassé son aileron avant dans un choc, dès le début de la course, avec la Red Bull de Max Verstappen, qui abandonnera 5 tours plus tard, le champion anglais s’impose devant son coéquipier Vallteri Bottas, pour un doublé Mercedes qui permet aux flèches d’argent de reprendre la tête du classement des constructeurs devant la scudéria Ferrari pour 8 petits points. Gêné par Daniel Ricciardo, le 2nd pilote Red Bull, plus lent que les Ferrari et même que les Force India, mais qui terminera tout de même sur le podium, le leader du championnat du monde, contraint à 2 changements dans cette course, parvient tout de même à sauver les meubles et à préserver l’essentiel, à savoir son leadership au classement des pilotes pour 12 petits points. A signaler enfin la belle course du français Sébastien Ocon, qui termine 6ème, malgré une fin de course houleuse face à son propre coéquipier, Sergio Perez. En route pour un possible podium, le français aurait pu disputer la 3éme place à Daniel Ricciardo si son coéquipier avant obtempéré aux directives de son écurie pour laisser passer le français, plus rapide que le mexicain. Non seulement, il n’en a pas été ainsi, mais le blocage de la seconde Force India a permis le retour de Sebastian Vettel dans les derniers tours, qui ne s’est pas fait prié pour « régler » les deux pilotes de l’écurie indienne, les reléguant aux 5ème et 6ème rang. Une explication est à prévoir dans les rangs de l’écurie, actuellement 4ème au classement Constructeur ; les 2 pilotes étant 7ème (Perez : 44 points) et 8ème (Ocon : 27 points) :

En Football, maintenant que les grands championnats européens ainsi que les coupes d’Europe ont livré leurs verdicts, l’heure est aux qualifications pour la coupe du Monde 2018 en Russie avant quelques jours de vacances bien méritées pour nos footballeurs préférés, dont l’avenir pourrait se décider ensuite pendant ce mercato estival. Après sa démonstration en amicale face au Paraguay, nos bleus étaient attendus pour leur dernier match de qualification avant la saison prochaine. L’occasion était même idéale pour les hommes de Didier Deschamps de creuser un écart presque définitif en tête du groupe A. Oui, mais un match n’est jamais gagné avant d’être joué et les tricolores en ont fait l’amère expérience à Solna dans la Friends Arena face à son dauphin, la Suède. Supérieurs à leurs homologues scandinaves, les bleus ont logiquement ouvert le score sur un coup de canon, à la 37ème minute, d’Olivier Giroud, très en verve en cette fin de saison, comme en témoigne son triplé face au Paraguay. Ce but, qui aurait dû libérer les tricolores et les conduire tout droit vers une victoire sereine et un pied en Russie dans 1 an, les a, au contraire, enfoncé dans leur torpeur et leurs errements et une erreur de marquage indigne à ce niveau international de Benjamin Mendy, a offert le but de l’égalisation à Jimmy Durmaz, peu avant la pause. Surement remontés par la « Desch »dans les vestiaires, les bleus retrouvaient des couleurs en seconde période et se montraient enfin dangereux, notamment par Varane, Pogba ou Griezmann. Mais les Suédois, bien qu’en souffrance et au bord du KO, trouvaient tout de même des ressources et parvenaient à se montrer dangereux, dans une rencontre enfin spectaculaire. L’entrée en jeu à un ¼ heure de la fin du duo monégasque Lemar-Mbappé aurait pu permettre de faire la différence, mais Giroud ratait le cadre à 10 minutes de la fin. Et alors que la rencontre semblait des diriger vers un partage des points, largement favorable au tricolore, le pourtant irréprochable Hugo Lloris a commis une bourde monumentale en ratant son dégagement après une sortie hasardeuse, permettant à Toivonen de marquer dans le but vide d’un tir du milieu de terrain dans les arrêts de jeu de la rencontre. Un but gag et inacceptable à ce niveau, qui précipitée les bleus à la seconde place du groupe A, derrière la Suède et qui relance les bataves, désormais à 3 points des tricolores après leur victoire 5 à 0 face au Luxembourg. Alors qu’il pouvait être quasiment plié ce vendredi soir, le groupe A reste dont très ouvert et les 4 derniers matchs des 3 équipes en course pour la qualification promettent d’être tendus. Le résumé de la rencontre :

Dans les autres poules, signalons la surprenante victoire d’Andorre sur la Hongrie, 1 but à 0 dans une poule B, largement dominée par la Suisse et le Portugal, respectivement vainqueurs sans trembler 2 buts à 0 aux Iles Féroé et 3 buts à 0 en Lettonie, dont un doublé de Cristiano Ronaldo. Dans le groupe C, les tenants du titre allemands continuent leur sans faute en atomisant Saint-Marin, 7 buts à 0. Beaucoup plus serré, le groupe D a vu 3 matchs nuls ce week-end, qui ne profite à personne et fige les positions de la Serbie et de l’Irlande, toujours leaders devant les gallois et les autrichiens. Dans le groupe E, la Pologne a conforté sa place de leader en s’imposant face à la Roumanie, tout comme l’Espagne et l’Italie dans le groupe G, ou encore la Belgique dans le groupe H. Dans le groupe I, la victoire de l’Islande face à la Croatie, 1 but à 0, a considérablement redistribué les cartes, puisque désormais 4 équipes se tiennent en 2 points : l’Islande, la Croatie, la Turquie et l’Ukraine. Enfin dans le groupe F, un but dans les derniers instants d’Harry Kane, pour un match nul en Ecosse 2 buts partout, permet aux anglais de rester invaincus dans leur poule et de conserver la tête pour 2 petits points face aux slovaques.

Enfin pour clore cette page football, un mot sur le mercato d’été 2017, qui a démarré timidement ce vendredi mais qui promet d’être torride, notamment du côté du PSG et de l’OM en France, mais aussi dans la plupart des grandes équipes européennes, qui rêvent toutes de détrôner le Real de Madrid. Interdit de recruter, l’Atlético de Madrid va conserver Antoine Griezmann et ne recrutera donc pas Alexandre Lacazette. Malgré ce 1er transfert raté, les attaquants devraient être, une nouvelle fois, au cœur des tractations, notamment avec Kylian Mbappé, Olivier Giroud, Alexis Sanchez ou encore Ousmane Dembélé, pour ne citer qu’eux. Enfin la 1ère bombe de cette période de transfert est tombée ce week-end avec l’annonce des velléités de départ de Marc o Verrati du PSG :

Cependant, on peut faire confiance aux dirigeants qataris pour trouver les arguments pour retenir leur star. A moins que cette énième menace ne soit celle de trop et que le PSG se lasse des caprices de son jeune italien et ne le laisse partir pour mieux le remplacer ? A suivre dans les jours à venir ...

En NBA, l’actualité, se sont évidemment les grandes finales NBA, qui opposent pour la 3ème fois consécutives les Golden State Warriors aux Cleveland Cavaliers. Après 3 premières rencontres largement dominées par les californiens, emmenés par leur trio de stars et notamment un Kevin Durant de gala, qui justifiait à ses détracteurs son choix de rejoindre la baie d’Oakland pour remporter des titres, beaucoup promettait un sweep aux coéquipiers de Lebron James, bien seul dans ces 1ers matchs. Mais, comme dit le dicton outre-Atlantique, il ne faut jamais sous-estimer le cœur d’un champion. Enfin bien entourés par des coéquipiers investis et adroits, et notamment un Kyrie Irving des « très grands soirs », auteur de 40 points, avec une réussite insolente à 15 sur 27 sur 7 sur 12 à trois points, Lebron James, auteur d’un triple double, son 9ème en finale NBA, record de Magic Johnson (8) battu, avec 31 points, 10 rebonds et 11 passes, a mené ses Cavs à une victoire nette et sans contestation 137 à 116, leur donnant le droit de continuer à rêver :

Pour gagner le droit de retourner en Californie et ne pas permettre à leurs adversaires de fêter leur titre dans leur salle, les joueurs de l’Ohio n’ont pas fait dans la demi-mesure en battant plusieurs records des finales NBA, notamment : plus grand nombre de points dans un ¼ temps (49), à la mi-temps (83), mais encore plus grand nombre de tirs à trois points réussis (24) et tentés (45). Face à la furie des hommes de Tyrone Lue, les joueurs de Steve Kerr n’ont pas proposé grand-chose. En dehors de Kevin Durant, une nouvelle fois à la hauteur avec un 4ème match à plus de 30 points (35), mais laissé trop seul par les « Splash Brothers » ; auteur de 14 points pour Curry (à seulement 4 sur 13) et 13 points pour Klay Thompson (à 4 sur 11). Pire que cela, les californiens ont montré d’inquiétants signes de nervosité à l’image d’un Draymond Green, qui malgré ses 16 point et 14 rebonds, est passé tout près de la correctionnelle et d’une éjection pour 2 fautes techniques. Désormais plus personne ne parle de « sweep » et beaucoup se demande même si Cleveland est capable de refaire le « coup » de l’an dernier ? Réponse dans la nuit de lundi à mardi pour les plus courageux d’entre nous (dont votre serviteur, qui ne rate jamais un match de finale NBA depuis 1991 !)

En Cyclisme, alors que les participants au Tour de Suisse donnent leurs premiers coups de pédales, le Dauphiné Libéré a livré son verdict. Cette épreuve, qui fait figure de préparation grandeur nature au Tour de France est souvent le terrain e chasse des favoris de la « Grande Boucle ». On attendait donc naturellement l’australien Richie Porte et surtout le grandissime favori à Paris, l’anglais, Chris Froome. Si les 2 hommes n’ont pas totalement déçus terminant respectivement 2nd et 4ème, la victoire finale est revenue à l’éternel lieutenant de montagne, le danois de l’équipe Astana, Jakob Fulsang :

A 32 ans, l’ancien spécialiste de VTT, remporte la plus belle victoire de sa carrière au prix d’un suspense jusque dans les derniers hectomètres de la course. Toujours devancé par l’australien Porte au départ de la dernière étape, le danois, déjà vainqueur en montagne ce vendredi, s’est échappé pour s’imposer en solitaire dans cette 8ème étape et remporter l’épreuve pour seulement 10 petites secondes. Côté Français, signalons la belle 6ème place de Romain Bardet à 2 min et 04 sec du vainqueur. Avec Thibaut Pinot, ils constituent les meilleures chances françaises sur les routes du Tour de France. De là à imaginer une victoire tricolore sur les champs ?

Enfin pour clore cette chronique un dernier mot de Volley-Ball où les tricolores ont entamé tambour battant l’édition 2017 de la Ligue Mondiale. Invaincus en 6 journées, les joueurs de Laurent Tillie ont déjà validé leur billet pour le Final 6. Dans une épreuve, qui leur a souvent réussi ces dernières années, avec une victoire en 2015 et une 3ème place l’an dernier, les bleus, privés de leur meilleur joueur Earvin Ngapeth, qui soignait encore une déchirure aux abdominaux ce week-end, semblent bien déterminés à en découdre avec les meilleurs nations mondiales, telle que le Brésil, la Serbie ou la Pologne , comme en témoigne leur dernière victoire face aux médaillés de bronze des derniers JO, les Etats-Unis, battus 3 sets à 1 à Pau, dans une ambiance surchauffée :

Sportivement,

L'équipe Sportive de weekly.fr

@Passion_Sport

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous !

Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Top des Recherches

Les auteurs

";