Sport

L’essentiel de l’actualité sportive du 28 novembre au 05 décembre 2017

A l'affiche cette semaine, le grand retour du "Tigre" sur les fairways des Bahamas, mais aussi le foot français et européen, les sports d'hiver avec le ski alpin et le biathlon, le Top 14, la NBA ou encore les débuts des championnats du monde de handball féminin en Allemagne avec une équipe de France ambitieuse

L’événement de ce week-end sportif est le grand retour sur les fairways du « Tigre », Tiger Woods, après 3 ans, marqués par de nombreuses blessures. Un énième retour à la compétition pour l’ex-numéro 1 mondial, mais cette fois-ci, le monde du Golf et du sport en général se prend à rêver à un succès. D’abord parce que tous les amateurs de golf rêvent de voir la nouvelle génération des Jordan Spieth, Bubba Watson ou Justin Thomas, affronter le maitre, mais aussi parce que le Golf sans Woods n’est pas le même que le Golf avec lui. Certes, au final, le Tigre termine à la 9ème place à 10 coups du fantastique vainqueur, Rickie Fowler, qui signe un improbable 61 pour battre sur le fil, Charley Hoffman, mais pendant ces 4 tours aux Bahamas, dans un tournoi dont il est l’organisateur et dont les gains seront reversés à sa fondation, il a tenu tête aux meilleurs mondiaux, a affiché un enthousiasme débordant et n’a montré aucun signe de douleurs ou de fatigue. DE là à imaginer le Tigre jouer les premiers rôles en 2018, il n’y a qu’un pas que les plus enthousiastes se précipiteront à franchir mais que les plus sceptiques n’oseront même pas évoquer. Au final, quoi que l’avenir nous réserve, goutons ce plaisir de retrouver sur les parcours l’un des plus grands champions de de l’histoire de ce sport et prenons-nous à rêver à un come-back miraculeux :

 

L’automne touchant à sa fin, la saison des Sports d’Hiver démarre de plein pied. Ce week-end marquait notamment le retour des biathlètes sur le devant de la scène. En cette année olympique, les performances des uns et des autres seront scrutées de prés et les impasses risquent d’être nombreuses, afin de brouiller les pistes et de parfaire sa préparation. En ce début de saison, tous les cadors de la discipline étaient bien présents et les premiers à se mettre en évidence sont les frères Boe, dont le cadet, Johannes Thingnes, a remporté le 20 km individuel avant que son ainé, Tarjei, ne remporte le sprint le lendemain. Respectivement 3ème et 2ème de ces 2 courses, le grand favori de la saison, le français Martin Fourcade, a ironisé sur les victoires des 2 norvégiens :

Avant de prendre une éclatante revanche sur la poursuite, qu’il a dominée de la tête et des épaules avec près de 40 secondes d’avance sur son dauphin, le slovène, Jakob Fak, tandis que les frères Boe explosaient au tir avec 6 fautes chacun, les reléguant aux 13ème et 19ème rangs. Parmi les belles surprises de ce week-end, signalons la performance du français Quentin Fillon Maillet, qui termine 2nd de l’individuel et 3ème de la poursuite et qui se retrouve ainsi 2nd du classement provisoire de la coupe du monde derrière son leader de l’équipe de France, Martin Fourcade.

Du côté des filles, Marie Dorin-Habert a perdu son statut de leader de l’équipe de France et voit désormais briller la nouvelle pépite du biathlon français, Justine Braisaz. A seulement 21 ans, la savoyarde a réussi un début de saison de rêve, avec une 8ème place sur l’individuel et deux 2ndes places sur le sprint et l’individuel. Résultat, après 3 épreuves, la jeune tricolore occupe la tête du classement provisoire de la coupe du monde, juste devant la grande gagnante de ce 1er week-end à Östersund en Suède, l’allemande Denise Herrmann, qui remporte le sprint et la poursuite et voit sa 23ème place sur l’individuel la priver de la tête de la coupe du monde. Les stars de la discipline, Kaisa Makarainen, Veronika Vitkova ou encore Darya Domracheva (qui n’a même pas terminé le sprint et n’a donc pas pris part à la poursuite) n’ont guère brillé et devront rapidement se reprendre si elles veulent bien figurer dans un peu plus de 2 mois à PyeongChang.

En Ski Alpin, le week-end a été marqué par la terrible chute, heureusement sans gravité pour la skieuse américaine, de Lindsey Vonn dans la descente de Lake Louise :

La championne nord-américaine, grande favorite de cette course laisse ainsi la victoire à la surprenante autrichienne, Cornelia Huetter, qui s’impose devant la constante, Tina Weirather, habituée des podiums de coupe du monde et Mikaela Shiffrin, qui réussit le meilleur résultat en descente de sa carrière. Un résultat qu’elle va encore améliorer le lendemain en réussit l’incroyable exploit de s’imposer dans cette discipline de vitesse, elle, la grand spécialiste des épreuves techniques. Elle parvient ainsi à devancer des spécialistes de la descente, comme l’allemande Viktoria Rebensburg ou la suissesse Michelle Gisin. Respectivement 1ère et 2nde la veille, Cornelia Huetter et Tina Weirather confirment sur cette seconde descente mais doivent se contenter des 4ème et 5ème rangs. Tina Weirather, qui va poursuivre son week-end idyllique en s’imposant sur le Super-G devant la suissesse Lara Gut et l’autrichienne Nicole Schmidhofer. Meilleure représentante tricolore de ce week-end, Tessa Worley, accroche une belle 4ème place dans une discipline, qui n’est pas sa spécialité, tout comme Mikaela Shiffrin, qui confirme ses bonnes dispositions sur la piste canadienne, avec une belle 5ème place.

Les hommes, quant à eux, se trouvaient également sur le continent nord-américain, mais dans la station du Colorado de Beaver Creek, avec un programme varié comprenant un Super-G , une descente et un slalom géant. Le 1er skieur à se mettre en évidence se nomme Vincent Kriechmayr, qui remporte le Super-G devant quelques cadors de la discipline comme Kjetil Jansrud, 2nd ou Hannes Reichelt, qui complète la domination autrichienne avec une 3ème place. A noter les bonnes performances des français Adrien Théaux et Alexis Pinturault, respectivement 4ème et 5ème. Des français qui vont confirmer leurs bonnes dispositions sur les épreuves de vitesse avec les 8ème et 9ème rangs d’Adrien Théaux, toujours et de Johan Clarey lors de la descente, remportée par le grand favori de la discipline Aksel Lund Svindal, devant le suisse Beat Feuz et le surprenant allemand, Thomas Dressen. Avec son excellent résultat en Super-G, le français Alexis Pinturault était attendu sur son épreuve fétiche du slalom géant, mais le tricolore n’a rien pu faire face à un Marcel Hirscher des grands soirs et ultra dominateur, qui s’impose largement devant le danois Henrik Kristoffersen et l’allemand Stefan Lutz, tandis que le savoyard se contente du 12ème rang.

 

En Football, la Ligue 1 a connu un véritable cataclysme ce week-end, avec la 1ère défaite de la saison du PSG sur la pelouse de Strasbourg :

Peu inspirés et privés de quelques cadres, mis au repos avant le choc de Ligue des Champions face au Bayern, les parisiens se sont fait bouger par une équipe alsacienne ultra efficace et extrêmement combattive, qui aura tenu le choc jusqu’u bout des 9 minutes d’arrêt de jeu décrétés par les hommes en noir. Malgré l’entrée en jeu de leur meilleur buteur uruguayen en fin de rencontre, les hommes d’Unai Emery se sont heurtés jusqu’au bout aux 2 gardiens strasbourgeois, auteurs d’un match parfait qui permet ainsi au promu de réaliser l’exploit de ce début de saison. Rien d’alarmant pour les joueurs de la capitale, qui conservent 9 points d’avance sur leurs dauphins, Lyon, Monaco et Marseille. Après leur belle victoire sur la pelouse du dernier de cordée, le FC Metz en milieu de semaine, les phocéens avaient eu la bonne surprise de constater les défaites de Lyon et Monaco, qui leur offraient le 2nd rang, mais ce week-end, les hommes de Rudy Garcia se sont heurtés à la meilleure défense de France, Montpellier et reviennent de la Mosson avec un nul heureux, 1 but partout, qui permet aux lyonnais et aux monégasques, respectivement tombeurs de Caen, 2 à 1 et d’Angers, 1 à 0, de revenir à hauteur des marseillais et même de les dépasser à la faveur d’un meilleur goal-average. Auteurs d’un bon match nul sur la pelouse de Saint-Etienne, les nantais de Claudio Ranieri conservent leur 5ème place, juste devant Rennes et de surprenants caennais. En fin de peloton, Metz, une nouvelle fois battu sur la pelouse de Nice, 3 buts à 1 continuent de battre des records de médiocrité, avec seulement 4 points pris en 14 journées et 1 seule victoire, face à Angers. Devant les lorrains, la lutte pour le maintien promet d’être beaucoup plus accrochée avec 9 équipes en 6 points de Bordeaux, 11ème avec 20 points à Angers, avant dernier avec 14 points. A noter en bas de classement, l’effet positif du départ de Marcelo Bielsa du banc lillois, puisque les dogues ont confirmé leur belle victoire sur la pelouse de Lyon en milieu de semaine en battant Toulouse sur leur pelouse, 1 but à 0.

Sur la scène européenne, Manchester City continue sa promenade de santé sur les pelouses britanniques avec un 14ème succès en 15 journées de championnat. LA dernière victime en date se nomme West Ham, qui aura eu le mérite de résister aux Citizens avec une défaite honorable, 2 buts à 1. Derrière les incontestables leaders, le duel au sommet du week-end opposait les Gunners d’Arsenal aux Red Devils de Manchester. Et comme souvent ces dernières saisons dans les matchs au sommet, les hommes d’Arsène Wenger ont échoué et s’inclinent lourdement 3 buts à 1 malgré une réalisation d’Alexandre Lacazette, titulaire au coup d’envoi de la rencontre :

Avec ce succès de prestige, les mancuniens restent seuls dauphins des Citizens, mais avec toujours 8 points de retard, tandis que les londoniens quittent le Big Four avec une 5ème place, juste devant Tottenham, qui continue de marquer le pas avec ce petit nul, 1 but partout sur la pelouse de Watford. De son côté, Chelsea, le champion en titre reprend des couleurs avec ce second succès consécutif en Premier League, 3 buts à 1 face à Newcastle, dont un doublé d’Eden Hazard, qui permet aux blues de conserver leur 3ème place, juste devant une équipe de Liverpool, qui a fait parler sa puissance offensive sur la pelouse de Brighton avec une victoire nette 5 buts à 1.

En Espagne, les 2 cadors de la Liga, le FC Barcelone et le Real Madrid, se sont contentés d’un nul respectivement 2 buts partout face à Vigo et 0 à 0 sur la pelouse de Bilbao. Rien de grave pour les Blaugrana, qui conserve leurs fauteuils de leaders et profite même de la surprenant défaite de Valence sur la pelouse de Getafe, pour prendre 6 points d’avance, mais c’est beaucoup plus inquiétant pour les Merengue, qui stagne à une suspecte 4ème place, à 8 points des leaders catalans. Les grands vainqueurs de cette 14ème journée sont donc les colchoneros, qui, à la faveur d’une victoire étriquée 2 buts à 1 face à la Real Sociedad, acquise grâce à un but d’Antoine Griezmann à 2 minutes de la fin, remontent à la 3ème place et reviennent à 1 point de Valence.

En Allemagne, au contraire du PSG, le Bayern a parfaitement préparé sa rencontre de ligue des Champions, en s’imposant sans forcer, 3 buts à 1 face à Hanovre, avec un Kinsley Coman des grands soirs et buteur à la 67ème minute et le retour remarqué sur les pelouses allemandes de Franck Ribéry après plusieurs mois d’absence, qui fait du joueur français, l’étranger qui a disputé le plus de rencontres avec le club bavarois :

Derrière le leader incontesté de Bundesliga, le RB Leipzig s’est écroulé ce week-end en chutant lourdement, 4 buts à 0, sur la pelouse d’Hoffenheim et laisse ainsi les hommes de Jupp Heynckes prendre 6 points d’avance. Résultat à peine meilleur pour le Borussia Dortmund, qui concède le nul sur la pelouse de Leverkusen et continue son chemin de croix cette saison, avec une décevante 6ème place, loin des ambitions du club.

Enfin, événements en chaine en Italie, avec tout d’abord la 1ère défaite de la saison dans le Calcio de l’ex-leader napolitain, qui s’incline 1 but à 0, face à une Juventus retrouvée et un but de leur ex-goléador, Gonzalo Higuain. Ce résultat permet aux Bianconéri de revenir à un point de Naples, mais surtout à l’Inter, de retour sur le devant de la scène cette saison, de prendre les rênes du Calcio, à la faveur de leur carton, 5 buts à 0, face au Chievo Vérone. L’autre événement de cette 15ème journée est le 1er point pris par le modeste promu Benevento face au grand Milan AC, grâce à un but improbable et spectaculaire de leur gardien dans les ultimes secondes de la rencontre :

Pour les grands débuts de l’ancienne gloire du club, Gennaro Gattuso sur leur banc, les rossoneri se seraient bien passé de cette mauvaise publicité, qui les plonge un peu plus dans le ventre mou du championnat, avec une 8ème place. A contrario, les 2 clubs de Rome, la Lazio et l’AS Rome, continuent d’engranger les points avec 2 nouvelles victoires, qui leur permettent de conforter leurs 4ème et 5ème places.

 

En Rugby, après 3 défaites de rang en Top 14 et la réception d’un des cadors de ce début de saison, le LOU, la réaction du RCT était attendue à Mayol et le moins que l’on puisse dire est que les hommes de Fabien Galthié n’ont pas fait dans la ½ mesure. Avec 5 essais marqués contre 1 seul à leurs adversaires, dont un doublé du meilleur réalisateur du championnat, Chris Ashton, et une victoire bonifiée nette et sans bavure, les varois ont remis les pendules à l’heure et se rapprochent de nouveau du Top 6 et des barrages en fin de saison, avec une 7ème place à 1 point du stade Toulousain, plongeant le LOU dans ses doutes avec une 4ème défaite consécutive et une 3ème place, désormais loin des leaders :

Un Stade Toulousain justement qui continue d’alterner le bon et le moins bon avec une lourde défaite à domicile face à Castres 41 à 31 et surtout 6 essais concédés, pour une équipe qui se veut joueuse mais qui en oublie ses fondamentaux défensifs. Dommage pour Ugo Mola et ses joueurs, quoi ne parviennent donc pas à bonifier la belle victoire sur la pelouse du LOU la semaine dernière. Mais l’affiche de cette 12ème journée opposait les 2 leaders, le Stade Rochelais à Montpellier. Des montpelliérains, qui comptaient 2 points d’avance sur les maritimes avant leur déplacement au Stade Marcel Deflandre. Un stade qui continue de porter bonheur aux locaux, puisque les rochelais enchainent une 5ème victoire consécutive cette saison sur leur pelouse, 26 à 14, avec 2 essais à 1, pour reprendre la tête du Top 14 aux héraultais, venus en Charente avec une équipe compétitive, pour prendre au minimum 1 point et qui reviennent donc bredouilles de leur déplacement à la Rochelle. Comme l’an dernier, il faudra compter sur les hommes de Patrick Collazo jusqu’au bout de la saison. A l’instar des toulonnais, les clermontois connaissent également un début de saison difficile, l’un des pires de leur histoire en Top 14. Et ce n’est pas la petite victoire, 35 à 26, acquise dans la douleur contre des agenais, pourtant 13ème du classement, qui va rassurer les hommes de Franck Azema. Alors que l’on attendait une victoire bonifiée pour les jaunards, ces derniers ont encaissé 4 essais pour 5 marqués et se contenteront donc des 4 points de la victoire, qui les ramènent malgré tout au 9ème rang, à 3 points des barrages. Autre affiche de ce week-end, le duel francilien entre le Stade Français et le Racing 92, qui a vu les locaux prendre le dessus, 27 à 17, 3 essais à 2. Grâce à cette victoire, les hommes de Greg Cooper, prennent leur distance avec le bas du classement, tandis que ceux de Laurent Travers et Laurent Labit conservent leur 4ème place mais désormais à 6 et 4 points des 2 leaders. Même score pour le match entre Pau et l’UBB, qui permet aux palois de recoller à leurs adversaires du jour et de garder espoir pour les barrages en fin de saison. Enfin dans le match de la peur entre Brive et Oyonnax, les brivistes se sont imposés à domicile pour la 3ème fois consécutive mais dans la douleur avec un score serré de 33 à 30, acquis à un peu plus de 10 minutes de la fin sur un essai transformé de leur pilier remplaçant, Karlen Asieshvili. Ce succès permet aux locaux de quitter l’avant-dernière place et de reprendre un peu d’air tandis qu’Oyonnax, malgré ce bon point de bonus défensif reste bon dernier de ce Top 14, version 2017-2018, toujours aussi surprenant et incertain ...

 

En NBA, Cleveland poursuit sa folle série de 12 victoires de rang avec un dernier succès acquis sur le parquet des Bulls cette nuit, 113 à 91. Une nouvelle fois emmenés par un Lebron James très complet avec 23 points, 7 rebonds et 6 passes décisives, les Cavaliers semblent avoir digéré le départ de Kyrie Irving et la mini-crise qui s’en est suivie en début de saison, avec 7 défaites pour seulement 5 victoires. Seul souci pour les joueurs de l’Ohio, les Celtics de Boston ne faiblissent pas et conservent une belle marge d’avance avec un bilan quasi-parfait de 21 victoires pour seulement 4 défaites. Guidés par leur duo de choc, Kyrie Irving – Al Horford, les bostoniens trônent sur la conférence Est, ne laissant que des miettes à leurs adversaires, comme en témoigne leur dernier succès face à une solide équipe de Milwaukee, 111 à 100 sur leur parquet. A l’Ouest, à l’instar des vice-champions, les champions en titre de Golden State sont également bousculés par une équipe de Houston qui ne faiblit pas et présente un bilan séduisant de 18 victoires pour seulement 4 défaites. Les Lakers, dernière victime en date des Rockets peuvent témoigner de la puissance offensive des coéquipiers de James Harden, une nouvelle fois impressionnant, avec 36 points à prés de 70% de réussite aux shoots, mais « seulement » 4 rebonds et 9 passes. Derrière les texans, les californiens tentent de suivre le rythme, mais pourraient payer cher leur dernière victoire sur le parquet de New-Orleans, puisque les hommes de Steve Kerr ont perdu leurs 2 leaders offensifs, Kevin Durant sur expulsion et Stephen Curry sur blessure, qui heureusement semble, pour le moment, sans gravité :

Derrière les 2 leaders, seuls les Spurs parviennent à maintenir un semblant de suspense dans la lutte pour le titre de champions de conférence. Du côté des frenchies, signalons les retours à la compétition de Rudy Gobert et Tony Parker, qui ont participé au dernier succès de leurs franchises respectives face à Washington et à Detroit. Le duel entre les Hornets de Nicolas Batum et le Magic d’Evan Fournier a tourné à l’avantage du 1er nommé, malgré un meilleur bilan statistiques du second, qui termine meilleur marqueur de son équipe avec 18 points, contre 11 pour son ainé, mais accompagnés de 11 rebonds. Quand à Joakim Noah, il se contente toujours de miettes avec son équipe de New-York (8 minutes de jeu pour 3 points et 4 rebonds) au contraire de son jeune coéquipier Frank Ntilikina, joueur le plus utilisé lors de la dernière rencontre de sa franchise, avec 27 minutes de jeu pour un rendement suspect de 7 points à 3/11, 3 rebonds, 2 passes et 4 fautes.

 

Enfin pour clore cette semaine sportive, un mot sur les Mondiaux féminins de Handball, qui se déroulent en Allemagne du 1er au 17 décembre. Figurant parmi les favorites à la victoire finale, les française ont totalement raté leurs débuts dans la compétition en s’inclinant à la surprise générale, face à la Slovénie, 34 à 23. Heureusement, les bleues ont relevé la tête en battant facilement le modeste Angola, 26 à 19 :

Mais cette défaite inaugurale pourrait peser lourd au moment de l’emballage finale. D’autant plus que les autres cadors de la discipline, notamment les norvégiennes ou les russes sont sur un sans-faute avec 2 victoires en autant de rencontres disputées, tout comme l’Espagne et la Roumanie, qui ont pris la tête du groupe des tricolores. 

Sportivement,

L'équipe Sportive de weekly.fr

 

@Passion_Sport

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous !

Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs

";