Walhalla

Notre Père : la plus célèbre des prières change aujourd’hui, mais pourquoi ?

Le Notre Père, nouvelle version, entre en vigueur aujourd’hui. Mais êtes-vous au point ? Et surtout, savez-vous pourquoi la plus connue des prières chrétiennes a été modifiée ?

Voilà une question qui intéressera les fidèles catholiques s’ils veulent être à jour pour la messe de ce premier dimanche de l’Avent, mais aussi tous ceux qui s’interrogent sur la réelle nécessité d’un tel changement. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un véritable bouleversement : la plus célèbre des prières chrétiennes, le Notre Père, change !

Nouvelle version

Lors de la sixième supplique du Notre Père, les fidèles devront désormais dire : "Ne nous laisse pas entrer en tentation", et oublier une bonne fois pour toutes le "Ne nous soumets pas à la tentation" répété depuis près de 50 ans ! La formule initiale avait, en effet, été adoptée en 1966 après le concile Vatican II. Auparavant, il y avait moins de souci de traduction puisque les prières se récitaient en latin.

Pourquoi changer ?

La formule initiale adoptée en 1966 n’a jamais fait l’unanimité, notamment du côté de certains théologiens qui estimaient que le texte laissait supposer que Dieu lui-même incitait les fidèles à succomber au péché, en les soumettant à la tentation. Une ambiguïté difficile à supporter. La nouvelle formule, elle, invoque la protection de Dieu contre le danger de la tentation. Beaucoup plus acceptable. La réécriture du Notre Père s'inscrit dans un chantier plus vaste, lancé il y a plus de dix-sept ans : une nouvelle traduction de la Bible liturgique. Le problème est de traduire un texte, écrit à l’origine en grec, sans en dénaturer le sens.

Histoire de calendrier

Le nouveau Notre Père devait entrer en vigueur lors de la publication de la nouvelle traduction du Missel romain. Mais sa validation prend plus de temps que prévu. Les évêques de France ont donc décidé que l’officialisation de cette nouvelle traduction du Notre Père serait pour aujourd’hui, dimanche 3 décembre. Pourquoi ? Parce que ce premier dimanche de l’Avent marque le début de la nouvelle année liturgique. Reste à changer les habitudes des fidèles.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous !

Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs