Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Ciné : Je suis Charlie

Cette semaine, au vu des événements tragiques qui se sont déroulés au siège du journal Charlie Hebdo, la chronique cinéma porte le deuil. Plutôt que de parler des sorties, Weekly vous propose de (re) découvrir deux documentaires.

Canal Plus l’avait diffusé en exclusivité mercredi soir, ce vendredi c’est France 3 qui propose le documentaire de Stéphanie Valloatto, Caricaturistes : fantassins de la démocratie. Présentée à Cannes en séance spéciale en mai dernier, ce film fait le portrait de 12 caricaturistes du monde entier. Tous ont le même sens aiguisé pour croquer le monde et la société. Et beaucoup sont critiqués voire menacés par le pouvoir, la corruption ou le terrorisme. Mais la lutte continue. A ne pas manquer.

Sinon pour comprendre ce qu’est l’humour et le ton de Charlie Hebdo, Weekly vous conseille un autre documentaire sorti en 2008 intitulé C’est dur d’être aimé par des cons. Cette fois-ci c’est une plongée au cœur de l’hebdomadaire satirique que nous propose Daniel Leconte. Le film se concentre surtout sur l’affaire des caricatures. Après les événements de la semaine, il prend une nouvelle dimension. C’est dur d’être aimé par des cons est visible au cinéma Luminor de l’Hôtel de ville, rue du Temple à Paris.

Je vous rappelle que récemment la satire au cinéma a elle aussi été menacée au travers du film L’Interview qui tue. Une potâcherie imaginée par Seth Rogen et Goldberg dans laquelle deux journalistes crétins sont embauchés pour tuer Kim Jong-un, le dictateur à la tête de la Corée du Nord. Une blague qui a coûté cher à Sony puisque des hackers ont piraté le réseau informatique du groupe, révélant tout un tas d’informations sur les employés ainsi que sur les films en développement. Un temps annulé, le film est finalement sorti dans quelques salles américaines et en VOD. Le succès a été immédiatement au rendez-vous et le nombre de salles où on peut voir le film a même été étendu. Moralité, la liberté d’expression et l’art ont triomphé sur la peur. En France, L’Interview qui tue est annoncé pour le 28 janvier prochain.

Pour finir sur une note plus légère, et parce que la vie continue, le film de la semaine se nomme Captives d’Atom Egoyan. Ce thriller ambitieux se distingue notamment par sa narration en forme de puzzle. La chronologie des faits n’étant pas respectée, cela oblige le spectateur à remettre tous les éléments dans le bon ordre, tout en donnant un éclairage nouveau aux événements. On notera également la performance de Ryan Reynolds, à mille lieux des rôles un peu lisses qui l’on fait connaître.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs