Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Ciné : Mémoire et Vengeance

Cette semaine dans les salles : la poésie du studio Ghibli, Viggo Mortensen en français dans le texte, une dame en noir revancharde, quelques « pétages de plombs » mémorables et Jason Statham fait ce qu’il fait de mieux : tabasser les méchants.

Se souvenir des jolies choses. Ou obtenir réparation. Les films de la semaine naviguent entre ses deux tendances. D’un côté la contemplation mélancolique et de l’autre le retour de bâton. Il va falloir choisir votre camp.

Le film féérique de la semaine : Même si Miyazaki a posé définitivement ses pinceaux, la magie du Studio Ghibli perdure. Un bel exemple cette semaine avec Souvenirs de Marnie signée Hiromasa Yonebayashi, le papa de la mignonne Arrietty. On y retrouve tous les thèmes chers au célèbre studio : les décors naturels authentiques, le récit d’apprentissage et une ambiance onirique et magique. Le long métrage se concentre sur l’amitié entre une jeune fille mal dans sa peau et une autre plus mystérieuse. Une relation fusionnelle qui ne révèlera ses secrets que dans son dénouement. Emotions garanties.

Les autres sorties :

Après l’épatant Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée revient avec Wild. Une sorte d’Into the Wild au féminin, avec Reese Witherspoon dans le rôle de Emile Hirsch. Un peu convenu, peut-être, mais un voyage au cœur des étendues sauvages américaines ça ne se refuse pas.

Jean-Paul Rouvre adapte Les Souvenirs, le roman de David Foenkinos. Un conte contemporain sur le temps qui passe et la transmission dans lequel on retrouve le ton de l’auteur de La Délicatesse. Le casting est sans faille et Annie Cordy est flamboyante.

L’autre adaptation de la semaine se nomme Loin des hommes de David Oelhoffen. Le cinéaste, qui a également co-écrit le scénario du récent l’Affaire SK1 sur Guy Georges, s’attaque à L’Hôte, une nouvelle d’Albert Camus, soit une ode à la résistance dans l’Atlas algérien de 1954. Viggo Mortensen y tient le rôle principal, dans un français presque parfait, auprès du décidemment très demandé Reda Kateb (Hippocrate, Qui vive…).

Autre époque, autre conflit avec The Cut de Fatih Akin (Soul Kitchen, De l’Autre Côté…). On y suit le charismatique Tahar Rahim dans la peau d’un arménien séparé de force de sa famille par l’armée turque durant la Première Guerre mondiale. Plusieurs années plus tard, rescapé du génocide, il n’aura plus qu’une seule idée en tête : retrouver ses deux filles.

La Dame en noir, elle, n’aime pas les enfants. Et elle n’aime pas les adultes non plus. Dans ce second opus sous-titré : l’Ange de la mort (pour faire encore plus peur…), le réalisateur Tom Harper filme les nouvelles aventures macabres du spectre revanchard. Pas de Daniel Radcliffe dans cette suite, mais des écoliers et leurs institutrices qui, en pleine Seconde Guerre mondiale, vont se réfugier dans la demeure hantée par la dame. C’est pas une bonne idée.

L’ovni de la semaine se nomme Les Nouveaux Sauvages de Damian Szifron. Ce film à sketches argentin avait séduit la Croisette en mai dernier avec son humour noir assez jouissif. Produit par Pedro Almodovar, ce long métrage suit des personnages en apparence ordinaire se transformer en monstre de fureur. Savoureux.

On termine avec un concentré d’action signé du roi de la tatane, Jason Statham. Dans Joker de Simon West, il aide son ex-compagne à se venger d’une bande de malfrats qui l’ont tabassée. Inutile de dire qu’ils vont prendre cher.

Oscars : que faut-il retenir ?

Les nominations aux Oscars viennent de tomber. L’ambitieux Birdman d’Iñárritu (qui sort le 25 février) et le délirant The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson dominent la sélection avec neuf citations chacun. Boyhood et Whiplash, deux excellents films indépendants les suivent de près.

Du côté des acteurs, Benedict Cumberbatch pourrait bien remporter la fameuse statuette pour son excellente performance dans Imitation Game. Steve Carell (Foxcatcher) et Michael Keaton (Birdman) semblent bien placés aussi. L’événement chez les dames tient dans la nomination de Marion Cotillard pour son rôle dans le film des frères Dardenne (Deux Jours, une nuit). Mais elle aura fort à faire face à Rosamund Pike (Gone Girl) et Julianne Moore (Still Alice). Au rayon des seconds rôles, J.K. Simmons a impressionné la critique avec sa performance de prof sadique dans Whiplash. Et on notera la 19e nomination de Meryl Streep pour la comédie musicale Into the Wood.

On regrette l’absence de nomination de A Most Violent Year de J.C. Chandor. Quant à Interstellar de Christopher Nolan, il devra se contenter de nominations techniques…

Retrouvez toute l’actualité du cinéma et des séries sur Lost in Universes

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs