Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Cinéma : Batman vs Superman, Médecin de campagne, Rosalie Blum… les sorties de la semaine

Au programme : Un combat de titans, des oies qui pincent les mollets, une fausse Amélie Poulain et Julia Roberts déterminée à se venger.

Profitez de votre week-end de Pâques pour aller au cinéma. Surtout que cette semaine, les films vous posent des questions. De la plus fondamentale (Qui est le plus fort, Batman ou Superman ?) à la plus existentielle (Dois-je devenir père ?) en passant par la plus expiatoire (La vengeance est-elle toujours bien utile ?) sans oublier la plus banale (Mais où est-ce que j’ai bien pu voir cette femme ?).

Batman vs Surperman, l’Aube de la justice, de Zack Snyder

Les fans en rêvaient. Zack Snyder l’a fait. L’affrontement mythique entre les deux plus célèbres justiciers de DC Comics a enfin eu lieu sur grand écran. Cool, spectaculaire, sombre, épique mais aussi bancal et un peu trop long, ce Batman vs Superman est un pur concentré de ce que la pop culture fait de mieux. Plus abouti que Man of Steel, revenant sur les traumas du 11 septembre, ce divertissement a plus de profondeur qu’il en a l’air. Dommage que le grand méchant Lex Luthor soit en roue libre et que certains dialogues se prennent un peu trop au sérieux. Mais ne boudez pas trop votre plaisir quand même.

Médecin de Campagne, de Thomas Lilti

Après le très réussi Hippocrate, Thomas Lilti, ancien médecin reconverti en cinéaste, revient avec sa thématique de prédilection : la santé. François Cluzet y incarne un médecin de campagne contraint de trouver un remplaçant pour se soigner à son tour. Sauf que la remplaçante en question est un docteur peu expérimentée et qu’elle va devoir se confronter à la réalité parfois pittoresque des petits villages. Lilti parle en connaissance de cause. Forcément. En plus la confrontation François Cluzet/Marianne Denicourt ne manque pas de charme.

La Dream Team, de Thomas Sorriaux

Après les films de potes l’an dernier, la tendance actuelle du cinéma français semble être du côté du retour aux sources familiales. Bon c’est vrai qu’on a assez reproché au cinéma tricolore d’être parisien et nombriliste, mais de là à nous rabâcher chaque semaine que la famille en région c’est la vraie vie… Bon La Dream team reste un film sympathique porté par Medi Sadoun, acteur en vogue depuis Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?

Rosalie Blum, de Julien Rappeneau

Attention, Rosalie Blum pourrait bien être le feel-good movie de ce début d’année. Et je ne sais pas vous, mais moi j’en ai rudement besoin. Adapté de la BD éponyme de Camille Jourdy, le long métrage raconte l’étrange fascination d’un jeune homme qui s’ennuie dans une existence fadasse pour une femme rencontrée par hasard. Cette obsession aura des conséquences pour eux mais aussi pour leur entourage. Le résultat brasse Amélie Poulain, Camille redouble et Bref grâce à la présence du décidément touchant Kyan Khojandi.

Remember, de Atom Egoyan

Depuis quelques années, le cinéaste canadien ne fait plus recette auprès des critiques. Pourtant sans révolutionner le genre son Captives avait pour lui un montage astucieux et un suspense efficace. Avec Remember, Egoyan se concentre sur un vieil homme (Christopher Plummer), survivant de l’Holocauste, bien décidé à se venger de ses bourreaux. Au menu comme toujours une ambiance inquiétante voire troublante. Le final est à méditer.

Aux Yeux de tous, de Billy Ray

Une inspectrice du FBI découvre que sa fille a été assassinée. Quand le coupable est libéré, elle va tout faire pour obtenir justice. Je suppose que si vous n’avez pas vu le film original (le très bon film argentin Dans ses yeux), vous pourrez trouver ce thriller divertissant et haletant. Mais même si Julia Roberts reste une excellente actrice, la magie du polar argentin n’est jamais retranscrite dans ce remake. Pas inintéressant mais sans une vraie âme de cinéma.

Keeper, de Guillaume Senez

Deux adolescents tombent amoureux. La fille tombe enceinte. Aïe en principe, c’est là que les ennuis commencent. Si le sujet n’a rien de nouveau, Guillaume Senez a eu la bonne idée de présenter cette histoire en se plaçant pour une fois du côté du garçon. D’abord réticent, le jeune homme va finir par se laisser séduire par l’idée d’être père. Mais sa copine elle n’est plus très sûre. Promis c’est subtil et émouvant.

Retrouvez l’essentiel de l’actualité du cinéma et des séries sur Lost in Universes.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs