Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Cinéma : Carol, Creed, Le Garçon et la Bête… les sorties de la semaine

Voyage dans le temps, sexe à plusieurs, romance entre femmes, rafale d’uppercuts… préparez-vous ! Le programme cinéma de la semaine est particulièrement mouvementé.

Après une rentrée en douceur (si on excepte les explosions de tête du Tarantino, bien sûr), cette deuxième semaine de janvier s’annonce plus rythmée. Même si la romance de Todd Haynes (Carol) est tout en retenue, on notera cette semaine un goût prononcé pour les extrêmes. Soit un cocktail de coups de poing (Creed), de sexe débridé (Bang Gang) et de monde parallèle (Le Garçon et la bête).

Coup de poing

Rocky n’est pas mort. Vive Adonis Creed ! La saga créée par Sylvester Stallone commence un nouveau chapitre avec ce spin-off qui voit l’ex-champion devenu l’entraîneur du fils illégitime de son ami le regretté Apollo Creed. Entre émotion, constat amer sur l’Amérique des champions et séquences de boxe rythmées, ce Creed renoue avec le punch des débuts de la saga. Et ça fait du bien.

Coup de cœur

Todd Haynes est l’auteur d’un cinéma unique marqué par une sorte de prouesse graphique d’une autre époque. Ses films sont d’ailleurs toujours emprunts d’une certaine mélancolie. Avec Carol (présenté en compétition à Cannes en mai dernier), Haynes narre la romance (forcément contrariée) entre deux femmes dans l’Amérique des années 50. Sublime mélodrame ouatée pour certains, romance manquant de chair pour d’autres, je vous laisse seul juge. Dans tous les cas Cate Blanchett et Rooney Mara sont sublimes.

Coup de sang

Les jeunes sont-ils obsédés par le sexe ? La réponse est certainement oui mais ceux de Bang Gang de Eva Husson se situent encore à un autre niveau. Une jeune femme pour attirer l’attention du garçon qui lui plaît décide d’organiser des soirées intimes où chacun pourra repousser les limites de sa sexualité. Le jeu va forcément mal tourner mais pour qui ?

Coup de crayon

Mamoru Hosoda c’est un peu le nouveau grand nom dans le milieu du manga. Après Les Enfants Loups, Summer Wars et La traversée du temps (si vous en avez vu aucun, vous savez ce qu'il vous reste à faire), le maître nous replonge dans un univers fantastique dont il a le secret. Le Garçon et la Bête suit le destin des deux êtres solitaires (un petit garçon et une bête) vivant dans des mondes séparés qui vont être obligés d’apprendre à s’apprivoiser.

Coup de projecteur

Si je vous dit Diane Kurys, vous me répondez Diabolo Menthe (du moins si vous avez plus de 30 ans). Mais 40 ans après son film culte, la réalisatrice n’a rien perdu de sa verve pour parler des femmes. Avec Arrête ton cinéma, Kurys adapte le livre de Sylvie Testud, C’est le métier qui rentre, qui revenait sur son expérience dans le montage d’un film avorté au dernier moment. Mise en abyme et péripéties rocambolesques font partie de cette aventure un poil caricaturale mais drôle.

Coup de folie

Drôle d’idée. Qu’est ce qui a pu pousser Marion Vernoux reine de la comédie dramatique française à réaliser le remake d’un film indépendant américain (Ma Meilleure amie, sa sœur et moi) sortie en 2013 ? Et ta sœur voit donc un looser patenté coincé tout un week-end entre sa meilleure amie qui en pince pour lui et la sœur de celle-ci qui n’est pas aussi lesbienne que prévu. Bigre. Malentendus et quiproquos sont au rendez-vous pour cette comédie qui se distingue surtout par quelques dialogues aiguisés et des interprètes pétillants (Virginie Effira, Géraldine Nakache et Grégoire Ludig échappé du Palmashow).

Coup de maître

Il paraît que notre école va mal. Trop de pression, trop de compétition, pas assez de place à l’imaginaire. Mais je suis sûre que s’il y avait plus de professeurs comme celui de ce documentaire intitulé sobrement Le Maître d’école, notre système scolaire se porterait beaucoup mieux. Emouvant et plein d’enseignements à méditer.

Coup du sort

Après quelques escapades américaines (Serena), Susanne Bier (Brother, After the Wedding) revient avec A second chance un film danois à la frontière du drame et du thriller. Nikolaj Coster-Waldau (le Jamie Lannister de Game of Thrones) y joue un jeune père confronté à un dilemme moral après la perte de son bébé. Intense.

Coup pour rire

Envie d’une comédie (pas toujours très fine, mais bon hein c’est l’hiver) avec José Garcia ? Tout Schuss de François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard devrait ravir les adeptes du comédien. Ce dernier campe un écrivain égocentrique (ça doit être un euphémisme) forcé de s’improviser parent accompagnateur en classe de neige quand sa fille adolescente lui pique un manuscrit.

Coup du temps

Un film français mâtiné de fantastique et qui parle de voyage dans le temps ? L’occasion est bien trop rare pour ne pas souligner la sortie de House of Time de Jonathan Helpert. Le pitch ? Un créateur de jeu vidéo invite des amis dans son château. Il va leur proposer de remonter le cours du temps jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Evidemment rien ne va se passer comme prévu. A signaler la présence au casting de Pierre Deladonchamps que l’on verra bientôt dans Tripalium, la série d’anticipation d’Arte.

Retrouvez l’essentiel de l’actualité du cinéma et des séries sur Lost in Universes.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs