Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Cinéma : Le pont des espions, Babysitting 2, Mia Madre… les sorties de la semaine

Au programme cette semaine, un soupçon de guerre froide, des filles en maillots de bains dans la jungle, Nanni Moretti rend hommage à sa maman, Tony de Skins est devenu grand et un frère et une sœur s’aiment trop.

Il était une fois. C’est comme ça que commence toutes les histoires. Mais cette semaine, le cinéma a envie de vous faire voyager pour le meilleur et pour le pire. Allez visiter Berlin Est avec Tom Hanks, faites-vous de faux amis dans le Londres de 1997, partez affronter les pires dangers avec une grand-mère en pleine jungle brésilienne ou découvrez l’île fictionnelle d’Orphalese.

Le film d’espionnage de la semaine

Enfin. Steven Spielberg est de retour. Et il est en grande forme. Le Pont des espions est une chronique historique qui nous plonge en pleine guerre froide (c’est drôle ce retour des méchants russes à Hollywood…). Inspiré d’une histoire vraie, le film suit la mission périlleuse d’un avocat (Tom Hanks toujours à l’aise dans la peau de l’américain moyen qui va changer le monde) chargé d’aller négocier un échange d’espions en plein Berlin Est. Un film d’espionnage de facture élégante et classique qui renoue avec les clichés du genre tout en soulevant des thèmes toujours d’actualité. Prenant.

La comédie débridée

Si je vous dis : Found Footage + Philippe Lachaud + délire ? Vous me répondez Babysitting, bien-sûr. Le deuxième volet de ce succès surprise de l’an dernier suit cette fois nos amis dans une virée cauchemardesque en pleine jungle amazonienne. Amis de la poésie passez votre chemin. Mais si vous avez envie d’une pôtacherie qui n’a qu’un seul but, vous faire marrer, sautez à pieds joints dans les flaques avec eux.

La comédie noire britannique

Les Britanniques n’ont pas leur pareil pour réaliser des comédies délicieusement cyniques. Kill your friends d’Owen Harris transforme Nicolas Hoult (Skins, Mad Max) en monstre sanguinaire, version American Psycho. Situé dans l’univers impitoyable de la musique pop de la fin des années 90, le film revisite avec délice l’exaltation de cette époque pour mieux nous rappeler la règle n°1 de la survie en territoire hostile : ne faites confiance à personne. Le résultat est un mélange de pop colorée et d'humour noir.

Le sujet d’actualité

Imaginez. Vous logez dans un grand hôtel en Inde quand vous entendez des bruits étranges. Vous imagineriez le pire ? Et vous auriez raison. Taj Mahal de Nicolas Saada (Espions) revient sur l’attentat terroriste qui s’est déroulé dans un hôtel de luxe de Bombay. Le drame y est filmé de l’intérieur puisqu’on y suit une jeune française bloquée dans sa chambre et qui communique avec ses parents via son téléphone portable. Terrifiant.

Le drame familial

Valérie Donzelli n’ a pas peur d’aborder des sujets tabous. Après les enfants malades (La Guerre est déclarée), elle s’attaque à l’inceste entre un frère et une sœur. Racontée plus comme une fable que comme un drame pesant, Marguerite et Julien s’interroge plus sur l’amour impossible que sur l’inceste et ses conséquences. Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm nous enchantent.

Le drame familial (bis)

Le propre d’un artiste, c’est de s’emparer de ses drames personnels pour en faire des fictions bouleversantes. Avec Mia Madre, dans lequel une cinéaste doit jongler entre son travail, sa mère malade et les caprices de sa fille, Nanni Moretti s’est emparé d’une angoisse toute personnelle. Le film avait ému la Croisette en mai dernier.

Le documentaire écolo

Cop 21 oblige, le cinéma aussi tente de nous faire réduire notre consommation de Co². Mais promis Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent (oui c’est bien elle) n’a pas pour intention de renforcer le climat anxiogène actuel. Au lieu de culpabiliser, les deux cinéastes sont allés à la rencontre de ceux qui proposent déjà des solutions alternatives pour sauver le monde. Et si on les écoutait pour une fois.


Le long métrage animé

Bienvenue sur la petite île (fictionnelle) d’Orphalese où vit Almitra, une petite fille de huit ans. Un jour, elle va rencontrer Mustafa, un prisonnier politique assigné à résidence. Ce dernier doit être libéré, mais lorsqu’elle s’aperçoit que les gardes qui l’escortent ont des intentions moins nobles que prévu, elle fera tout pour sauver son ami. Conte poétique et philosophique, Le Prophète de Rogers Allers est produit (et interprété même en français) par Salma Hayek.

Retrouvez l’essentiel de l’actualité du cinéma et des séries sur Lost in Universes.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs