Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Cinéma : Mad Max, La Tête Haute, Girls Only… les sorties de la semaine

Cette semaine dans les salles, Mad Max fait un retour fracassant, le jeune Rod Paradot illumine le film d’ouverture de Cannes, Keira Knightley refuse de grandir et Naruto s’offre une aventure sur grand écran.

Depuis mercredi tous les regards de la planète cinéma sont tournés vers la Croisette. Et si les premiers films du cru cannois sont déjà disponibles, d’autres longs métrages tentent aussi leur chance dans les salles cette semaine. Au programme, quelques comédies, des films d’auteur et même un manga. Mais surtout, beaucoup de femmes qui se battent contre l’ordre établi.

Le film hallucinogène de la semaine :
Attachez-votre ceinture, Mad Max est de retour. Le héros mythique créé par George Miller en 1979 fait une entrée fracassante dans le XXIe siècle avec ce quatrième opus intitulé Fury Road. Pourquoi ce titre ? Tout simplement car le long métrage n’est rien d’autre qu’une spectaculaire course poursuite dans le désert australien. Et si le rendu visuel est tout simplement ahurissant, George Miller a la bonne idée de donner de la chair à son délire. Car Fury Road est une charge féministe, écolo et antityrannique. Tom Hardy est un Mad Max plus taiseux que celui de Mel Gibson mais il possède le même charisme de fou furieux indispensable au personnage. Vous auriez tort de vous en priver.

Les autres sorties :
Emmanuelle Bercot a pris un risque en acceptant que La Tête Haute fasse l’ouverture du Festival de Cannes : celui de subir les sarcasmes de la presse internationale. Heureusement, elle a su trouver le ton juste pour séduire les festivaliers les plus réticents. Son arme secrète se nomme : Rod Paradot. Diamant brut à l’état pur, il est la révélation de ce film social, qui n’évite pas les clichés, mais dont la poésie est indéniable.

Keira Knightley est un peu la reine de la comédie romantique. Dans Girls Only de Lynn Shelton, la petite anglaise utilise son image de jeune femme parfaite pour mieux la détourner. Ici, elle incarne une trentenaire qui refuse de grandir et s’offre un petit break avec une bande d’adolescentes. Non, elle n’est pas pathétique… Enfin un peu mais c’est ça qui est drôle, non ?

Dans Certifiée Halal, Hafsia Herzi est bien loin de cette gentille régression. Elle incarne une jeune femme intelligente et militante qui refuse les codes machistes imposés par sa communauté. Mais son frère décide de la marier de force et de la rapatrier au bled. Elle va profiter d’un malentendu pour s’enfuir. Malgré ce pitch, le long métrage signé Mahmoud Zemmouri est bien une comédie sympathique qui rend un bel hommage aux femmes du Maghreb.

Une Femme iranienne de Negar Azarbayjani est beaucoup moins drôle. On y suit une femme, dont le mari est en prison, obligé de conduire un taxi pour subvenir à ses besoins. Ici c’est la société patriarcale iranienne qui est montré du doigt. Mais au-delà de la charge politique, le film dresse également un beau portrait de femme.

C’est une autre femme forte qui est l’héroïne de Refugiado de Diego Lerman. Afin d’échapper à un mari abusif, Laura quitte le domicile conjugal avec son fils. Commence alors une errance touchante et tourmentée sur les routes de l’Argentine.

Dans le film fantastique Goodnight Mommy, l’image de la mère protectrice en prend un coup. Dans ce long métrage glaçant, deux petits jumeaux attendent le retour de leur mère après une étrange opération. Mais elle ne semble plus être la même. Un huis clos terrifiant.

On termine avec un manga culte Naruto, the Last. Soit le dernier chapitre des aventures du démon renard et de ses amis. Au programme, évidemment, une bataille épique pour sauver l’humanité. Pour les fans…

Retrouvez l’essentiel de l’actualité cinéma et séries sur Lost in Universes.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs