Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Cinéma : Victoria, War Dogs, La Taularde… les sorties de la semaine

Est-ce que Sophie Marceau est crédible derrière les barreaux ? Pourquoi Jonah Hill et Miles Teller sont des acteurs géniaux ? Comment Virginie Effira est devenue la reine de la comédie romantique ? Découvrez la réponse à ces questions et bien plus encore dans la chronique cinéma de la semaine. 

Au menu de votre semaine cinéma : des ventes d’armes (War Dogs), des taureaux de combat (Toril), la guerre de Sécession (Free State of Jones), une prison de femmes (La Taularde) et des catastrophes en série (Victoria). A vous de faire votre choix.

Jonah Hill et Miles Teller : Lords of War

Todd Phillips aime les films de potes. Après sa trilogie pleine d’ivresse Very Bad Trip, le cinéaste revient avec un duo de copains pas comme les autres. Miles Teller (Whiplash, Divergente) et Jonah Hill (Ave César !, Le Loup de Walt Street) campent dans War Dogs deux joyeux drilles qui trouvent un moyen de s’enrichir en vendant des armes pendant la guerre en Irak. Joyeusement immoral et assez cynique sur la société américaine, cette dramédie a du style et ses deux acteurs principaux crèvent l’écran.

       
 

Victoria, une nana pas comme les autres

Pas la peine de la nier, Virginie Effira est en ce moment la vraie reine de la comédie romantique à la française. Victoria est une sorte d’anti-romcom 100% moderne dans lequel une quadragénaire, en plein désert affectif, se retrouve à défendre son ami accusé de meurtre. Dans le même temps, elle décide d’engager comme baby-sitter un ancien client accusé de trafic de drogue… C’est le début des ennuis pour la jolie blonde. Cette comédie décalée séduit par sa capacité à s’inscrire dans son époque et à sortir des clichés du genre.

       
  

Free State of McConaughey   

L’histoire américaine est une source d’inspiration infinie pour le cinéma. Gary Ross, le réalisateur du premier Hunger Games, revient sur l’histoire vraie d’un fermier du Mississippi qui a réussi à se rebeller pendant la guerre de Sécession. Free State of Jones est un biopic qui a de l’envergure et du panache. Mais les bonnes intentions ne suffisent pas toujours à éviter les clichés...  

        

 

Sophie is the New Black

Depuis Police de Maurice Pialat, on n’avait pas vu Sophie Marceau comme ça.  Mais au-delà de la performance de son actrice principale, La Taularde est une chronique carcérale assez abrupte. On y suit le destin d’une femme (trop ?) amoureuse qui se fait incarcérer à la place de son homme. Le film ose la violence sans jamais tomber dans le misérabilisme. La jeune Audrey Estrougo est une réalisatrice à suivre.

      

 

Michael Moore fait encore des siennes

Le trublion Michael Moore (à ne pas confondre avec le rappeur Macklemore) n’aime pas faire les choses à moitié. Ses films ont toujours le même but : être des brûlots malins contre la politique américaine. Quitte à être parfois plein de mauvaise foi ! Where to invade next reprend la formule du cinéaste à la lettre. Son but cette fois-ci ? Prouver qu’il existe des solutions simples dans les pays européens pour améliorer la vie des Américains. Alors bien sûr c’est parfois un peu facile et sa démonstration, loin d’être toujours objective, en fatiguera plus d’un. Mais on y apprend tout de même pas mal de chose et on rit beaucoup. Il ne faut pas voir le mal partout…

      

 

Vincent Rottier n’a pas peur des taureaux

Toril est un film viril. Pas dans le mauvais sens du terme. A la fois thriller social et western contemporain, le premier long métrage de Laurent Teyssier parle d’un homme prêt à tout pour aider son père à ne pas perdre ses terres. Mais en sous-texte, on sent tout le portrait d’une région (Le sud de la France) où la masculinité ne peut rimer qu’avec force, violence et protection.

       

 

La rareté de la semaine

Sorti dans une seule salle à Paris, Le Patin de Mallory Grolleau est une petite curiosité pour ceux qui aiment le cinéma engagé. C’est difficile à décrire puisqu’on y parle autant de clandestins que de théorie du genre. C’est un film énervé et fauché mais qui ne manque pas d’ambition.  

      

Retrouvez l'essentiel de l'actualité du cinéma et des séries sur Lost in Universes

  

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs