Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Le smoking de James Bond, un monde sans travail, la vérité sur l’IPad…La Playlist de Weekly

Cette semaine on célèbre le retour de Sia, le réalisateur de Mad Max devient le roi du cinéma et James Bond et Steve Jobs se dévoilent.

SUR LES GRANDS ET LES PETITS ECRANS

Ça commence bientôt en France : Trepalium sur Arte

Une série d’anticipation 100 % française, ça vous tente ? Arte va bientôt lancer la diffusion de cette série événement qui imagine un futur dystopique dans lequel 80 % des gens sont sans emploi. Les 20 % d’actifs sont regroupés dans une ville déshumanisée où le travail est la seule loi. Dans la zone, la révolte gronde.
Cette nouvelle série originale se révèle captivante en dépeignant la violence des rapports sociaux. Le monde imaginé par Antarès Bassis et Sophie Hiet fait froid dans le dos. Weekly a particulièrement aimé la pertinence des décors parisiens filmés avec malice par le cinéaste belge Vincent Lannoo et l’écriture des personnages principaux.

Trepalium, à partir du 11 février sur Arte.

George Miller président du jury du Festival de Cannes : 3 bonnes raisons de s’en réjouir.

Parce que c’est un super réalisateur : Après son retour en fanfare l’an dernier sur la Croisette, le cinéaste australien a enfin gagné son statut de cinéaste honorable pour le plus grand festival de Cannes.

Parce que c’est un honneur pour le cinéma de genre : Mal aimé de la compétition cannoise, le cinéma de genre pourrait enfin trouver le chemin du palmarès en 2016.

Parce que c’est peut-être un signe pour une sélection plus ouverte que d’habitude : En optant pour un cinéaste australien déjanté, l’institution cannoise semble vouloir s’attirer autant les faveurs du grand public que de la critique. George Miller fait partie de ces quelques réalisateurs à avoir ce privilège.

ON FAIT QUOI CE WEEK-END ?

On mate du street art dans une galerie

Le street art s’expose pour le plus grand plaisir des amateurs de graphs et autres trésors que l’on trouve sur les façades et murs de nos villes. Un collectif de graph artistes présente actuellement ses œuvres à la Galerie Gare de Marlon. Colorées, ludiques, engagées… ces réalisations seront vendues aux enchères au printemps prochain. Les bénéfices sont destinés à une association caritative.

Street Art, Expo collective, Galerie Gare Marlon, 19 rue de la Verrerie, Paris IVe, Métro Hôtel de ville, jusqu’au 7 février. www.garedemarlon.com

On réserve ses places pour l’exposition James Bond

L’espion préféré de sa Majesté va avoir droit à son exposition. La Grande Halle de la Villette présentera plus de 500 objets issus de la saga cinématographique du pistolet d’or à l’Austin Martin en passant par certains des smokings cultes de l’agent 007, cet événement fera un tour complet de l’évolution de ce personnage mythique des années 60 à aujourd’hui.

James Bond 007 l’exposition, du 16 avril au 4 septembre, la Grande Halle de la Villette, Paris XIXe.

DANS LA BIBLIOTHEQUE

On apprend la vérité sur Steve Jobs : Steve Jobs : quatre vies

Sortie en 2011, cette biographie non officielle vient d’être remise à jour. Il faut dire que depuis la disparition de Jobs, certaines personnes qui avaient refusé de parler ont changé d’avis. Cette nouvelle version est donc enrichie d’anecdotes savoureuses. Un exemple ? Au départ, Jobs avait conçu l’Ipad comme un outil qui interagissait avec les pièces de la maison. Placé sur un lit, il devenait un réveil, dans la cuisine un livre de cuisine… On y apprend aussi comment les employés d’Apple et de NeXT avaient appris à supporter les brimades de leur boss. C’est le livre idéal à lire juste après avoir découvert en salles le très bon film de Danny Boyle qui sort le 3 février.

Steve Jobs : quatre vies, Daniel Ichbiah, Editions Delpierre, 18 €.

On découvre un manga français : Le Voleur d’estampes

Si vous avez vu l’exposition consacrée au génie de l’estampe Hokusaï, vous savez que le manga doit beaucoup à ce maître japonais du XIXe siècle. L’auteur français Camille Moulin-Dupré s’est beaucoup exercé à cet art ancestral avant de lui consacrer un manga hommage. Le Voleur d’estampes entièrement dessiné dans le respect des codes du genre y suit le quotidien d’un voleur en manque de sensations fortes dans le Japon de la fin du XIXe siècle. On admire autant les lignes claires que l’intrigue qui prendra fin dans un second tome.

Le Voleur d’estampes, tome 1, Camille Moulin-Dupré, Glénat, 13,25 €

LE COIN DES GAMERS

On joue à la guerre : This War of Mine

Attention, This War of Mine : The little Ones n’est pas un jeu de guerre dans le sens où le monde vidéo ludique l’entend habituellement. Ici on ne vous propose pas de revivre le débarquement ou d’incarner un sniper ultra-efficace. Non, le jeu s’interroge au contraire sur le quotidien de la guerre, ou plutôt sur comment survivre durant ces terribles périodes. Il s’agit en quelque sorte d’une simulation de survie. Vos objectifs : trouver de la nourriture, des médicaments et aussi s’occuper des enfants. Un titre assez surprenant mais jamais ennuyeux. Qui a dit que les jeux vidéo étaient forcément bourrins ?

This War of Mine : The Little Ones, Deep Silver, disponible sur PS4 et Xbox One.

On joue sur du heavy metal : Iron Maiden : Legacy of the Beast

Rock et jeu vidéo font depuis toujours bon ménage. Le groupe Iron Maiden vient d’annoncer qu’il aura bientôt son propre jeu. Déjà annoncé pour cet été, Iron Maiden : Legacy of the Beast sera un RPG mettant en vedette Eddie, la mascotte du groupe. Il sera disponible sur iOS et Android.

Pour en savoir plus sur l’actualité des jeux vidéo, découvrez notre nouvelle rubrique sur le sujet.

DANS LE JUKE-BOX

On écoute quoi ? Alive de Sia

Le dernier album de Sia n’aurait jamais dû sortir. Il se compose de nombreux titres que la chanteuse avait écrit pour d’autres comme Beyoncé ou Rihanna. Live avait été composé pour Adèle.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs