Retrouvez Weekly sur Facebook

L'essentiel de l'actu

Lola, Maxime, Aurélie, Manuel, Asta, Pierre, Halima...hommage aux victimes

129 morts et plus de 350 blessés. La France a connu le pire attentat de son histoire. Des attaques qui ont brisé des vies.

Encore. Difficile de trouver les mots. Après les fusillades de Charlie Hebdo et de Montrouge, les prises d'otages de l'Hyper Cacher et de Dammartin-en-Goële, on se disait que 2015 avait été une année désastreuse mais qu'elle se terminait bientôt. Que si la menace était encore présente, pesante au dessus de nos têtes, notre pays ne pourrait pas être quelques mois plus tard à nouveau frappé au cœur.

Marie, Matthieu, Elsa, Jorge, Fanny, Manu et tous les autres...on ne vous connaît pas, on a la chance que notre entourage soit sain et sauf. Mais on a espéré jusqu'au bout avec vos proches qui vous cherchaient sur les réseaux sociaux. On vous a pleuré aussi, parce que c'est injuste de mourir ainsi, parce que ça fout la rage aussi que des barbares viennent vous faucher dans des moments de joie dont ils ne connaissent rien.

Ce n'est pas grand chose mais depuis quelques jours, il y a une bougie qui brûle sur le rebord de la fenêtre et sur un des meubles du salon. On reste devant les chaînes infos plus qu'il ne faudrait en voulant espérer malgré tout : qu'ils attrapent toutes les personnes impliquées les unes après les autres et qu'une véritable coalition se mette en place pour éradiquer cette armée de fanatiques.

Génération de trentenaires à qui on disait de se méfier plus du sida et du chômage que de la guerre, nous ne baisserons pas la tête. Et ça ne concerne évidemment pas que notre classe d'âge, cela va bien au delà. Tous ensemble nous serons plus forts.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs