Retrouvez Weekly sur Facebook

TV/Cinéma/Culture

Séries US : Heroes Reborn, Narcos, Limitless… les nouveautés de la rentrée se dévoilent

Chaque année, à la fin du mois de septembre, les networks américains lancent leurs nouvelles séries. Certaines seront annulées rapidement. D’autres pourraient bien devenir votre nouvelle obsession. Weekly fait le point sur 6 nouveautés très attendues.

Narcos
Diffuseur :
Netflix
Le pitch : Bienvenue à la fin des années 70, à Medellin, en Colombie. Pablo Escobar ne le sait pas encore et pourtant il est sur le point de mettre en place l’organisation criminelle la plus lucrative, mais aussi la plus dangereuse, jamais créée.
Premières impressions : Contrairement aux apparences, Narcos n’est pas un biopic sur Pablo Escobar. Du moins pas seulement. On y suit les points de vue de différents protagonistes liés au cartel de drogue : les narcotrafiquants, les flics, les juges, les politiciens… L’univers est violent, ludique et particulièrement inspiré. Bref, Narcos pourrait bien être la version moderne du classique de Martin Scorsese : Les Affranchis. On adore !
Chance de survie : 100 % La série a déjà été renouvelée par Netflix pour une deuxième saison.

Blindspot

Diffuseur : NBC (En France, disponible sur My TF1 Vidéo)
Le pitch : Une jeune femme est retrouvée dans un sac en plein cœur de Time Square. Entièrement nue et le corps recouvert de tatouages, elle a perdu complètement la mémoire. Mais ses tatouages pourraient bien être la clef de cette énigme et révéler une véritable machination.
Premières impressions : Théorie du complot, FBI, mystère, une belle jeune femme… Blindspot ne manque pas d’atouts pour séduire les spectateurs. Mais comme toutes les séries à concept, elle a une lourde tâche : celle de convaincre sur la durée. Le pilote, qui en révèle peut-être un peu trop, tient surtout sur les épaules de Jamie Alexander (Thor). On espère simplement que la mythologie de la série parviendra à prendre le pas sur la sempiternelle enquête de la semaine.
Chance de survie : 60 % Les producteurs ont promis qu’ils mettraient fin au suspense à la fin de la saison pour ne pas lasser les spectateurs. La série pourrait devenir le nouveau Blacklist.

Scream Queens
Diffuseur :
FOX
Le pitch : Kappa Kappa Tau est l’une des sororités les plus prestigieuses de l’université de Wallace. Mais cette année, la fraternité dirigée par l’insupportable Chanel Oberlyn va devoir faire face à un tueur en série bien décidé à trucider toutes ces jolies jeunes femmes.
Premières impressions : Nouveau bébé de Ryan Murphy (Glee, American Horror Story, Nip Tuck), Scream Queens se veut une gentille parodie de slashers movies. Comme Scream ? Non, pas tout à fait car Wes Craven se concentrait surtout sur la mise en abyme. Ryan Murphy préfère lui se moquer de ses personnages. Ils sont au choix : odieux, crétins ou naïfs. La jeunesse frivole d’aujourd’hui en prend pour son grade. Le jeu de massacre promet d’être mordant mais, honnêtement, ça risque aussi d’être un peu lassant.
Chance de survie : 50 %. Vu le ton de la série, soit ça passe, soit ça casse. Le casting de stars (Jamie Lee Curtis, Lea Michelle, Emma Roberts) assure le spectacle mais pas sûr que le public visé s’y retrouve suffisamment pour que cette série anthologique soit renouvelée.

Minority Report
Diffuseur :
Fox
Le pitch : L’action se situe plusieurs années après la fin de Précrime, le programme qui permettait d’arrêter les crimes avant qu’ils ne soient commis. On y suit Dash, l’un des trois Précogs, toujours hanté par ses visions du futur et qui tente en vain de sauver des vies.
Premières impressions : Sur le papier, l’adaptation du film de Steven Spielberg (lui-même une adaptation d’une nouvelle de Philip K. Dick) était une bonne idée. Mais la série semble clairement se diriger vers un rythme de procédural (un crime par épisode), exploitant peu ou mal l’univers futuriste aperçu dans le film. Seule bonne surprise, le duo de héros a un peu plus de charme que prévu.
Chance de survie : 15 %. Les résultats d’audience du pilote se sont révélés plutôt catastrophiques. Une série de science-fiction coûtant assez cher à produire, les responsables de la Fox vont vite faire les comptes. Donc à moins d’un miracle…

Limitless
Diffuseur :
CBS
Le pitch : Suite du film avec Bradley Cooper, Limitless suit Brian Finch, trentenaire un peu looser, qui voit sa vie transformée par une mystérieuse drogue, la NZT. Boostant ses capacités cérébrales, elle lui permet de réaliser des exploits. Mais tout se complique quand il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. Il va devoir collaborer avec le FBI pour rétablir la vérité.
Premières impressions : Malgré son rythme frénétique et la présence de Bradley Cooper, le pilote de Limitless souffre apparemment des mêmes défauts que celui de Minority Report. Dans les deux cas, on se retrouve avec un duo d’enquêteurs mal assortis, composé d’une fliquette intrépide et d’un homme possédant des capacités paranormales. On le dit et on le répète : ça déjà était vu 100 fois.
Chance de survie : 60 %. Avec un score triomphal de plus de 9 millions de téléspectateurs, Limitless a bien démarré. CBS aime les procedurals, elle en a même fait sa marque de fabrique. Si la série parvient à trouver un vrai ton et ne perd pas trop de spectateurs, elle pourrait aller jusqu’au bout de la saison.

Heroes Reborn
Diffuseur :
NBC
Le pitch : Suite à un attentat terroriste qui a frappé la ville d’Odessa au Texas, tous les évolués (personnes avec des pouvoirs) sont désormais traqués et arrêtés. Aux quatre coins de la planète, plusieurs « évos » vivent cachés tout en apprenant à maîtriser leurs nouveaux pouvoirs. Ils ne le savent pas encore mais ils vont devoir s’unir pour sauver le monde.
Premières impressions : On ne prend pas les mêmes et on recommence. Ce double épisode reprend tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série : des héros répartis sur toute la planète, des super-pouvoirs, des méchants sadiques et surtout un complot d’envergure internationale. Les nouveaux acteurs sont convaincants. Les différents univers bien maîtrisés. Et l’intrigue, encore un peu nébuleuse, paraît plus simple que celles développée dans les saisons 3 et 4. Les fans voudront voir la suite. Pour les autres, le pari est plus risqué.
Chance de survie : 90 %. Avec un score d’un peu plus de 6 millions de téléspectateurs, la série de Tim Kring ne brille pas mais n’est pas non plus ridicule. Annoncée comme une mini-série évènement, il y a fort à parier que la série sera diffusée jusqu’au bout. Pour une éventuelle suite, ça reste une autre histoire…

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs