Retrouvez Weekly sur Facebook

L'essentiel de l'actu

Vladimir Poutine : cet ami de l'Est qui nous veut du mal ?

Deux jours après la mort de l'opposant Boris Nemtsov qui l'avait organisée, une grande marche s'est tenue à Moscou hier pour lui rendre hommage. Pour protester aussi contre Vladimir Poutine. Avant que tout soit oublié ?

Du bleu, du blanc et du rouge. Mais pas dans le même sens. Si les dizaines de milliers de manifestants qui étaient dans les rues de Moscou devaient être quelqu'un ce dimanche, c'était sans nul doute Boris Nemtsov, tué vendredi soir de plusieurs balles dans le dos.

C'est l'ancien vice-Premier ministre de Boris Eltsine et opposant russe qui avait d'ailleurs organisé ce défilé, pour protester une nouvelle fois contre l'ingérence "agressive" du Kremlin dans le conflit ukrainien et le régime autoritaire de Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine. A l'annonce de ce lâche assassinat de Nemtsov, les regards se sont évidemment tournés vers lui. Trop facilement ou bien évidemment au contraire, tant on sait l'amour du président russe pour la démocratie ? Une démocratie bafouée si souvent mais dont les atteintes ne touchent pas grand monde chez nous, à 3000 kilomètres.

Pas plus que le conflit ukrainien où pourtant, le rôle de cet ex du KGB est indéniable. N'est-ce pas d'ailleurs de Moscou que viendra la solution et l'apaisement, plutôt que des gesticulations certes louables de notre duo de choc européen ?

Au lendemain de la mort de Boris Nemtsov, Vladimir Poutine a déclaré que tout serait fait "pour que les organisateurs et exécutants de ce crime lâche et cynique reçoivent le châtiment qu'ils méritent". Classique et attendu. Mais l'accusation vient après, celle d'un crime "provocant" qui ne viserait qu'à "déstabiliser" la Russie. Un acte de l'Occident contre celui qui a été classé 2ème personne la plus influente du monde en 2008, dans le seul but de l'ostraciser un peu plus ? Nos dirigeants sont souvent à jouer le chaud et le froid avec leur ami de l'Est, qui sait implacablement les utiliser, usant de prétendues avancées démocratiques pour les amadouer avant de continuer sa politique conservatrice et répressive.

Et pendant ce temps, qui que soient les responsables de ces crimes ignobles, la liste de ses opposants tués s'allonge. Alexandre Litvinenko, Anna Politkovskaïa, Boris Berezovski...et maintenant Boris Nemtsov. Morts pour qui ? Pour quoi ?

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs