Retrouvez Weekly sur Facebook

Sport

L’essentiel de l’actualité sportive du 2 au 8 novembre 2015

La descente en enfer des blues de Chelsea, l'affaire Benzema-Valbuena, les grands championnats de football de la Ligue 1 à la Série A, la ligue des champions et l'Europa League. Mais aussi le Rugby, avec le Top 14, la Moto GP avec le sacre de Lorenzo ou encore le Tennis, le Basket en France et Outre-Atlantique, le handball, le volley et la NHL. Bref une semaine complète de sports ...

L’événement sportif de cette semaine ou plutôt devrais-je dire, l’équipe de cette semaine est le Chelsea FC de José Mourinho. Chaque semaine, tous les spécialistes s’accordent à penser que le dernier vice—champion d’Angleterre va relever la tête et retrouver des couleurs et pourtant chaque semaine, c’est la même rengaine, les blues ne gagnent pas. Avec cette nouvelle défaite, 1 à 0, à Stoke City, club, qui a déjà éliminés les blues en coupe de la ligue anglaise, les londoniens non seulement concèdent une 3ème défaite consécutive en championnat, la 7ème depuis le début de la saison mais en plus ils pointent désormais à une peu glorieuse 16ème place à, déjà, 17 points du leader Manchester City. Comment une équipe composée d’autant de stars, dirigée par un entraineur aussi charismatique et expérimenté et qui a réalisé une saison dernière des plus honorables, a pu tomber aussi bas en si peu de temps ? Et surtout, comment son entraineur, José Mourinho, résistera-t-il à la tempête médiatique qui ne va pas manquer de s’abattre sur le club dans les jours à venir et parviendra-t-il à conserver un poste, qui ne tient plus qu’à un fil ? Réponses dans les prochains jours. Heureusement pour Chelsea, les autres ténors de la Premier League ont également marqué le pas ce week-end : Liverpool s’est incliné sur sa pelouse d’Anfield 2 buts à 1 face à Crystal Palace, tandis que Manchester City et Arsenal, les 2 leaders se sont contentés d’un nul, respectivement à Aston Villa et face à Tottenham. Au passage, signalons les excellents débuts de Remi Garde à la tête des Vilains. Le 6ème entraineur français à prendre en main une équipe anglaise est parvenu à redonner de l’envie à équipe londonienne en perdition et ce 1er résultat positif face à l’ogre mancunien est prometteur pour la suite de la saison. Au final, seul Manchester United a obtenu un résultat positif ce week-end en s’imposant 2 buts à 0 face à WBA :

avec un Anthony Martial, encore et toujours titulaire avec les Red Devils.

L’actualité footballistique de la semaine est également marquée par l’ « affaire » Valbuena-Benzema. Cette affaire étant toujours en instruction, et tant que sa culpabilité n’aura pas été reconnue par un juge ou un jury, Karim Benzema doit évidemment être considéré comme présumé innocent. On regrettera cependant que le joueur ait déjà fait parler de lui récemment dans l’affaire Zahia. Cela commence donc à faire beaucoup pour un joueur, qui, quoi qu’extrêmement doué, a toujours rencontré des difficultés en équipe de France. En effet 27 buts en 81 sélections, cela reste peu (1 but tous les 3 matchs) pour un buteur de sa trempe, qui a marqué 140 buts en 289 matchs avec le Real (1 but tous les 2 matchs). Cependant à l’heure actuelle, le sélectionneur français, Didier Deschamps, n’a pas beaucoup d’autres alternatives à la pointe de l’attaque des bleus et cette nouvelle affaire, qui ternit un peu plus encore l’image d’un sport qui ne parvient aujourd’hui plus à soutenir la comparaison avec Rugby, Basket ou Handball, n’a pas fini de donner des sueurs froides à l’ancien capitaine des bleus. D’autant plus que la fameuse charte de bonne conduite ne plaide pas en faveur de l’attaquant merengue, qui pourrait ne plus jamais revoir le maillot bleu de sa carrière. Le paradoxe de cette affaire est qu’elle a éclaté le jour où le sélectionneur devait communiquer une liste de joueurs pour les matchs amicaux face à l’Angleterre et à l’Allemagne. En attendant son épilogue, Didier Deschamps a choisi la politique du ni-ni, en ne sélectionnant aucun des 2 protagonistes, prétextant, pour l’un, un problème physique et pour l’autre un problème psychologique. Au final, la situation profite donc aux revenants Hatem Ben Arfa, qui obtient enfin la juste récompense de son excellent début de saison avec Nice et plus surprenant encore, André-Pierre Gignac, dont l’éloignement n’a visiblement pas altéré l’intérêt du sélectionneur. Soulignons également la 1ère sélection attendue et justifiée de Kingsley Coman, le joueur formé au PSG, qui profite de son excellent début de saison avec le Bayern de Munich et de la méforme chronique d’Alexandre Lacazette.

La semaine dernière était également consacrée aux coupes européennes et notamment à la 4ème journée de la phase de poule de la Ligue des Champions. Après avoir subi une volée de critiques suite à son non-match de la journée précédente face à la maison blanche, le PSG, visiblement vexé, a livré dans l’antre du stade Bernabeu, une prestation des plus aboutie, uniquement gâchée par la maladresse ou la malchance (2 poteaux) de ses attaquants et la bourde monumentale et inadmissible à ce niveau de la compétition de son gardien Kevin Trapp (C.F. :

). Cela commence à faire beaucoup pour le gardien allemand, déjà coupable de 2 fautes similaires face à Bordeaux en championnat. De là à imaginer un retour prochain de Sirigu, il n’y a qu’un pas. Au final, le PSG s’incline donc sur le score de 1 à 0 et subit ainsi une véritable leçon de réalisme d’une équipe du Real, toujours amoindrie et décevante dans le jeu. Cependant, il n’y a pas que le score du match ou les défaillances individuelles de certains parisiens, qui ont fait couler beaucoup d’encre lors de cette rencontre. En effet, le fait le plus marquant et probablement le plus commenté de ce match restera les paroles murmurées par Cristiano Ronaldo à l’oreille de Laurent Blanc à la fin de la rencontre :

.

Sans doute ne saura-t-on jamais ce que l’attaquant portugais a pu dire à l’entraineur français mais cette image, ajoutée à l’intérêt notoire manifesté de longue date par le PSG à l’encontre de la star merengue, suffit à entretenir les plus folles rumeurs et les espoirs les plus démesurés des supporters parisiens.

Dans les autres rencontres de cette soirée, les lyonnais ont probablement hypothéqué leurs dernières chances de se qualifier pour les 1/8ème de finale en s’inclinant à nouveau, à domicile cette fois, face au Zénith Saint Pétersbourg. Avec 1 seul petit point en 4 matchs, les joueurs rhodaniens ne sont pas encore mathématiquement éliminés mais leurs chances sont quasi nulles. Autre équipe en difficulté, les Gunners d’Arsène Wenger, n’ont plus leur destin entre leurs mains. En subissant la loi, sur le score de 5 buts à 1, d’un Bayern de Munich revanchard, qui voulait effacer la dernière défaite à l’Emirates, les joueurs londoniens ont désormais 6 points de retard sur une équipe de l’Olympiacos, à qui il ne manque donc plus qu’un point pour se qualifier dans ce groupe. Ils devront cependant prendre ce point face au Bayern ou à Arsenal. Parmi les favoris, signalons que Manchester City, la Juventus, le Barca ou encore Porto sont quasiment qualifiés ou encore que Manchester, au prix d’une difficile victoire sur le CSKA Moscou, a, enfin, prix la tête de son groupe mais devra batailler jusqu’au bout pour rallier le printemps, tout comme l’AS Rome, Chelsea ou l’Atlhetico Madrid, qui, bien qu’en ballotage favorable, devront se méfier jusqu’au bout.

En Europa League, signalons la légère embellie des clubs français, symbolisée par le carton de Saint-Etienne, 3 buts à 0, face à Dnipropetrovsk ou encore le timide réveil de l’OM, qui s’impose face à Braga sur un but de l’homme en forme du moment, Kevin-George Nkoudou. Les monégasques, quant à eux, doivent se contenter d’un nul sur le terrain de la modeste équipe Azéri d’Agdam. Cependant à l’instar des stéphanois et des marseillais, les joueurs de l’ASM conservent toutes leurs chances de qualification. Une qualification, qui pourrait s’avérer beaucoup plus hasardeuse pour des bordelais, qui sont toujours à la recherche de leurs première victoire dans cette compétition et qui comptent 5 et 3 points de retard sur les 2 places qualificatives de leur groupe occupées par Sion et Liverpool.

En Ligue 1, il n’y a plus désormais un championnat mais bel et bien 2 championnats distincts. Dans le premier, on retrouve le PSG et ses millions d’euros en provenance du Qatar et les seuls attraits de ce championnat consistent à déterminer combien de points d’avance le club francilien aura à la fin de la saison sur le vainqueur du 2nd championnat et si un club de ce même championnat aura l’outrecuidance de battre le club de la capitale. Dans le second championnat, on retrouve ainsi les 19 autres clubs, qui, à eux tous, ne disposent même pas du budget du PSG et qui ne se battent que pour 2 places en ligue des champions et pour la ligue Europa. Ce week-end le PSG, vexé de sa défaite en ligue des champions, retrouvait une de ses victimes préférées du second championnat, le Téfécé, qui a subit la foudre des joueurs franciliens. A la fin du match, les hommes de Dominique Arribagé repartent avec 5 buts dans leurs valises et le sentiment d’être passé dans une moulinette. Avec ce nouveau carton, les parisiens comptent désormais 10 points d’avance sur leur premier poursuivant et enchainent une 7ème victoire consécutive. De son côté, l’OM a renoué avec ses vieux démons. Malgré une légère embellie ces dernières semaines, ponctuée de 3 victoires consécutives, les hommes de Michel ont subi le retour en forme des niçois, qui s’imposent 1 but à 0 au stade vélodrome. Les olympiens, certes privés de nombreux cadres, dont notamment l’homme en forme de ce début de saison, Lassana Diarra, perdent, là, une belle occasion de reprendre contact avec le haut du classement. Une occasion, que ne ratent pas les Lyonnais, qui s’imposent facilement 3 buts à 0, avec un triplé du revenant Alexandre Lacazette, dans le derby rhodanien face à Saint-Etienne. Grâce à ce résultat, les Gones sont désormais, seuls 2ème à 10 points du PSG, tandis que les stéphanois rétrogradent à la 5ème place. Autre club en difficulté depuis de saison, Bordeaux, renoue avec la victoire en battant l’ASM de Jardim sur le score de buts à 1. Ce résultat permet aux girondins de revenir dans le ventre mou du championnat. Les clubs surprises de ce début de saison en Ligue 1 ont connus des sorts opposés ce week-end. Tandis que Caen, après 2 défaites, renouait avec la victoire face à Guingamp dans son stade Michel-d’ornano sur le score de buts à 1 pour retrouver une place sur le podium, Angers subissait, à domicile, la loi de l’un des clubs les plus imprévisibles de ce championnat, Rennes, qui met ainsi fin à une série de 7 matchs consécutifs sans victoire, dont 5 nuls 1 partout. En bas du classement, Toulouse et surtout Troyes semblent déjà décrochés tandis qu’Ajaccio et Montpellier se disputent la 3ème place de relégable.

En Ligue 2, en attendant le dernier match de cette 14ème journée, qui doit opposer Dijon et Nancy, actuellement sur le podium, Metz a provisoirement pris la tête du championnat à la faveur de son match nul à Niort. Dans le bas du classement, Nîmes semble déjà condamné avec seulement 4 points au compteur en 14 matchs, la faute, il est vrai à leur 8 points de pénalité.

Dans les autres championnats européens, le Barça, en s’imposant 3 à 0 face à Villareal (dont ce but incroyable de Neymar :

) a pris 3 longueurs d’avance sur son rival madrilène, étonnamment défait 3 buts à 2 sur la pelouse du FC Séville. Les merengues s’inclinent ainsi pour la 1ère fois de la saison et cela à 15 jours du « classico », qui promet une fois de plus de faire des étincelles.

En Allemagne, le Bayern de Munich et le Borussia Dortmund continuent d’écraser la Bundesliga et comptent désormais respectivement 13 et 8 points d’écarts sur le 3ème, Wolfsburg. Leurs dernières victimes en date se nomment Stuttgart, défait 4 à 0 à Allianz Arena et Schalke 04, qui ne cède que 3 buts à 2 au Signal Iduna Park.

Enfin en Italie, ce sont toujours l’Inter et la Fiorentina, respectivement vainqueurs du Torino et de la Sampdoria de Gênes, qui dominent la Séria A. A noter les victoires de l’AS Rome et du Napoli, qui gardent ainsi le contact avec les deux leaders et le carton de la Juventus, 3 buts à 1 à Empoli (avec un but de Patrice Evra :

) qui permet à la vieille dame de remonter à la 7ème place du classement.

En Moto GP, c’est finalement l’espagnol Jorge Lorenzo, qui au terme d’une saison époustouflante, remporte non seulement le dernier grand prix sur ses terres à Valence mais également le titre de champion du monde, son troisième après ceux de 2010 et 2012, au nez et à la barbe de son éternel rival, l’italien Valentino Rossi :

Et pourtant, le « docteur » n’aura pas démérité. Parti dernier après sa pénalité suite à un accrochage avec Marc Marquez lors du précédent grand prix en Malaisie, le fantasque italien est remonté jusqu’à la 4ème position, insuffisant cependant pour inquiéter un Jorge Lorenzo, serein jusqu’au drapeau à damier. Parti avec 7 points de retard sur l’italien, l’espagnol termine la saison avec 5 petits points d’avance sur son rival, qui regrettera longtemps la décision des commissaires malaisiens. Quoi qu’il en soit, des saisons de ce calibre et avec autant de suspense, on en redemande chaque année !

En Tennis, rien n’arrête le serbe Novak Djokovic dans sa quête de records. Dans une saison déjà quasi parfaite, le numéro un mondial s’est permis d’ajouter un nouveau Masters 1000 à son palmarès, le 26ème de sa carrière et le 4ème à Paris-Bercy :

Au passage, il entre dans l’histoire du tennis en devenant le 1er joueur à remporter 6 Masters 1000 la même saison. Lors d’un tournoi splendide, qui a vu se dérouler quelques matchs d’anthologie, « Nole » s’est débarrassé en finale de l’écossais Andy Murray en 2 sets secs 6-2 et 6-4. Une finale expéditive qui ne reflète pas l’ensemble du tournoi, dont nombre de matchs ont été particulièrement disputés. En dehors de la victoire du numéro 1 mondial, signalons la confirmation du retour en forme de Rafael Nadal, qui atteint les ¼ de finales, le coup de mou de Roger Federer, éliminé dès les 1/8ème de finales par un John Isner, qui ne cédera qu’en ¼ face à l’espagnol David Ferrer, également en forme après son titre il y a 15 jours à Vienne. Place désormais aux finales ATP, qui opposeront à Londres, les 8 meilleurs joueurs mondiaux, mais sans joueur français, puisque Tsonga est passé à côté de son tournoi à Paris et que Gasquet, malgré un tournoi globalement réussi et une belle résistance face à Andy Murray a dû céder en ¼.

Cette semaine le Top 14 a vu nombre d’internationaux, mobilisés par la Coupe du monde, faire leurs retours, permettant aux grosses cylindrées de retrouver des couleurs. Ainsi le RCT, emmené par un Quade Cooper, fidèle à sa réputation de joueur fantasque et imprévisible, a étriller 52 à 8, à Mayol, une pauvre équipe de Montpellier, qui avait, elle, choisi de faire largement tourné son effectif. Option de turn-over également choisi par le Racing à Castres, avec un résultat identique, à savoir une défaite sévère sur le score de 34 à 8 pour les joueurs de Laurent Labit. Dans la choc de cette journée, les champions en titre du Stade Français ont retrouvé le sourire après un début de saison laborieux en venant à bout du leader clermontois sur le score étrillé de 14 à 9 dans un rencontre très tendue mais que l’on aurait aimé avec plus de spectacle. Du spectacle et l’émotion, il y en a eu à Ernest Wallon où les toulousains ont largement dominé Grenoble sur le score sans appel de 52 à 12 pour reprendre la seconde place au Racing, et offert à leur ex-manager et néo sélectionneur du XV tricolore, Guy Novès, un hommage à la hauteur de l’empreinte que le technicien aura laissé chez les rouges et noirs :

. Dans la bas du classement, Castres, grâce à sa victoire face au Racing reprend un peu d’air, tandis qu’Oyonnax et Agen sont légèrement décrochés.

En Pro A, le champion en titre, le CSP a déjà subi sa 3ème défaite de la saison en s’inclinant de 4 points à Nancy et pointe désormais à une peu glorieuse 7ème place à la limite de la qualification pour les play-offs. Strasbourg, aussi, s’est incliné ce week-end à Orléans, mais reste solidement accroché au haut du tableau, dont la tête est toujours occupée par l’ASVEL qui s’est imposé pour la 6ème fois de la saison, à domicile face au Havre. De son côté, Nanterre a renoué avec le succès en disposant de Rouen par 19 points d’écarts. Les franciliens mettent ainsi fin à une série de 5 défaites consécutives. En bas du classement, Le Havre n’a toujours pas gagné, tandis que Nancy, en battant Limoges, a ouvert enfin son compteur de victoires.

En NBA, le champion en titre, les Golden State Warriors sont la dernière équipe encore invaincue cette saison après la défaite de Toronto à Orlando. Emmenés par un Stephen Curry toujours sur son nuage de la saison dernière, qui l’a vu remporter les titres individuels de MVP de la saison et des finales NBA et surtout sa 1ère bague de champion, les californiens se présentent comme les principaux favoris à leur propre succession. A l’Ouest, les Spurs, les Rockets et les Clippers tiennent leurs rangs avec un bilan de 4 victoires pour 2 défaites, tandis que les Lakers malgré le retour de leur star Kobe Bryant ne parviennent toujours pas à retrouver un niveau digne de leur histoire (ils ont remporté leur 1ère victoire à Brooklyn après 5 défaites inaugurales). Enfin pour finir à l’Ouest, le Thunder d’Oklahoma City, après un début de saison parfait (3 victoires consécutives), notamment grâce au retour de sa star Kevin Durant, marque le pas avec 3 défaites de rang. A l’Est, après la défaite de Toronto, ce sont désormais les Hawks d’Atlanta, qui dominent la conférence avec un bilan remarquable de 7 victoires pour 1 seule défaite. Suivent ensuite les Raptors et les Cavs de Lebron James, qui n’ont plus connu la défaite depuis leur 1er match de la saison à Chicago. Chicago justement, qui retrouve des couleurs, avec un Joakim Noah, toujours performant, même en sortie de banc et surtout le revenant Derrick Rose, qui retrouve toutes ses sensations après une longue série de blessures :

. Enfin pour clore cette page NBA, signalons les excellents débuts de saison des français Evan Fournier et Rudy Gobert, qui flambent avec leurs équipes respectives d’Orlando et d’Utah et qui symbolisent l’avenir des bleus.

En Handball, en LNH, le PSG a subi, contre toute attente sa première défaite de la saison, d’un seul petit but 32 à31, dans la salle de Montpellier. Avec cette victoire, les montpelliérains reviennent à une victoire des parisiens, tout comme les joueurs de Saint-Raphaël, qui ont difficilement battu Nîmes pour garder le contact avec le duo phare du handball français. De son côté, Chambéy s’est également imposé face à Rennes tandis que Dunkerque se contentait d’un nul dans sa salle face à Chartres.

En Volley, c’est l’équipe corse d’Ajaccio qui a pris la tête de la LNA, après sa victoire face à Lyon 3 sets à 1. Le grand favori de la saison, Tours, s’incline, quant à lui, pour la 3ème fois de la saison, à Sète sur le score de 3 sets à 2. Comme l’an dernier, les tourangeaux, débutent bien mal leur saison, surement la tête à la ligue des Champions, qui reste l’épreuve phare de cette saison de volley européenne, mais qui ne leur a pas réussie ces dernières années. A contrario, les autres ténors du championnat, que sont Cannes et Paris, ont débuté honorablement leur saison avec une seule défaite au compteur.

Pour finir, en NHL, après entre 13 et 16 matchs disputes selon les équipes, une hiérarchie commence à se dessiner aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest. Ainsi les Canadiens de Montréal survolent littéralement non seulement la conférence Est, mais toute la ligue avec seulement 3 défaites pour déjà 13 victoires et un total impressionnant de 27 points. Ils ont cependant concédé leurs 3 défaites lors des 7 derniers matchs mais, avec 2 victoires consécutives, semblent reprendre leur marche en avant du début de saison (9 victoires de rang). Derrière, les Rangers tentent de s’accrocher au bon wagon et restent sur une série de 5 victoires de rang. A l’Ouest, ce sont les 2 équipes de la division Central, Dallas et Saint-Louis, qui dominent les débats, avec respectivement 3 et 4 défaites en 14 matchs disputés. Les 2 équipes n’ont perdu qu’une fois lors de leurs 6 dernières rencontres.

Sportivement

@Passion_Sport

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs

";