Retrouvez Weekly sur Facebook

Sport

L’essentiel de l’actualité sportive du 28 décembre 2015 au 03 janvier 2016

Le départ mouvementé du Paris Dakar 2016 avec les grands débuts de Sébastien Loeb, le Tour de ski et la tournée des 4 tremplins en ski nordique mais aussi le football avec la coupe de France et les championnats anglais et espagnols, sans oublier le rugby avec le Top 14 ou les bleus de Guy Novès et enfin l'actualité outre-atlantique avec la NBA.

Tout d’abord à l’instar des plus grandes stars comme Cristiano Ronaldo :

Toute l’équipe sportive de Weekly vous présentent à tous ses meilleurs vœux pour l’année 2016. Qu’elle soit, pour vous et vos proches, riche en moments de bonheur et de réussite, sur les terrains de sport ou ailleurs.

En cette période de fête, l’actualité sportive tourne au ralenti et l’événement de cette semaine est les grands débuts de Sébastien Loeb sur le Dakar 2016 au volant d’une Peugeot. Des débuts, d’ailleurs plutôt encourageants pour l’alsacien, qui termine à une belle 10ème place lors du prologue, même si l’actualité principale de cette première journée de course reste le spectaculaire accident qui a blessé 8 personnes, dont des enfants et 1 personne dont le pronostic vital serait engagé :

Chaque année, le Paris-Dakar est le théâtre d’accidents et de drames liés à la course ou non (comme les prises d’otage en Afrique), il est regrettable, cependant, que cette année, ces incidents interviennent dès le prologue. Quant à la course, en elle-même, difficile d’en dire grand-chose pour le moment, puisque le prologue disputé samedi n’était qu’une simple entrée en matière et que la 1ère étape prévue ce dimanche a été annulée en raison de conditions météo (orages et pluies), rendant impossible le déploiement du dispositif de sécurité. Et après l’accident de la veille, difficile de reprocher cette décision à la direction de course. Malgré ces débuts difficiles, cette édition 2016 reste très prometteuse, que ce soit en auto avec la présence de Loeb et la meute de prétendants (Sainz, Peterhansel, De Villiers, …) qui chassera le grandissime favori, Nasser Al Attiyah ou en moto, où les départs des 2 plus grands champions de l’histoire de cette course, Cyril Desprès, 5 fois vainqueurs et désormais engagé en autos, et Marc Coma, également vainqueur à 5 reprises et désormais membre de la direction de la course, ouvrent la voie à une nouvelle ère dans laquelle une armada de jeunes motards (Barreda, Rodrigues, Gonçalves, …)rêve de succéder aux 2 illustres champions.

En Cross-Country, la trêve des confiseurs est annuellement consacré à l’une des épreuves phares de la saison de ski de fond, à savoir le Tour de Ski, équivalent d’un tour de France en cyclisme, qui se déroule sur 7 épreuves entre l’Allemagne et l’Italie, en passant par la Suisse. Vainqueur et second l’an dernier, respectivement chez les hommes et les femmes, les norvégiens, Martin Johnsrud Sundby et Therese Johaug, font figures de grandissimes favoris cette année encore. Et en effet, chez les hommes, après 3 épreuves, le norvégien est déjà largement en tête, après 3 épreuves, dont 2 remportées, et compte après la poursuite libre 1’30 et 2 ‘ d’avance sur ses compatriotes Peter Northug et Finn Haagen Krogh, respectivement 2nd et 3ème. Notons d’ailleurs le formidable tir groupé des norvégiens, qui comptent 5 fondeurs parmi les 6 premiers, puisque seul le russe Ustiugov, pourtant spécialiste du sprint, parvient à accrocher une surprenante 4ème place. Le premier français, Maurice Manificat, pourtant spécialiste de l’épreuve et très ambitieux au départ de la course, n’est que 16ème à presque 4’ du leader, tandis que Robin Duvillard et Jean-Marc Gaillard, sont, eux, plus loin encore, respectivement 21ème et 23ème. Par contre, chez les filles, la logique a été bafouée, puisque Therese Johaug s’est fait surprendre lors de la poursuite libre de 5 km par sa compatriote Ingvild Flugstad Oestberg :

pourtant spécialiste du sprint. Grâce à sa victoire dans le prologue, la jeune norvégienne de 26 ans, prend la tête de la compétition avec 14’’ d’avance sur son ainé de 2 ans, vainqueur de l’épreuve en 2014 et sur le podium depuis 2011. Avec déjà 2 minutes d’avance sur leurs plus proches poursuivantes, norvégiennes, suédoises ou finlandaises, la victoire devrait se jouer entre les 2 filles. Au contraire des hommes, les françaises ne nourrissent aucune ambition dans cette épreuve, puisque la 1ère d’entre elle n’est que 33ème au général à plus de 6’ des leaders. Comme chaque année le dénouement de cette épreuve mythique aura lieu à Val Di Flemme, en Italie, et verra les fondeurs remonter une piste de ski alpin, pour espérer remporter l’un des trophées les plus convoités du ski de fond international.

Epreuve également mythique de cette période de l’année, la tournée des 4 tremplins (Oberstdorf et Garmisch-Partenkirchen en Allemagne et Innsbruck et Bischofshofen en Autriche) bat son plein. Comme prévu, le duel tant attendu entre les 2 meilleurs sauteurs du monde à l’heure actuelle, Severin Freund et Peter Prevc, a bien lieu. Et pour le moment, c’est le slovène qui a pris le dessus sur son rival allemand. En effet après une victoire inaugurale à Oberstdorf du champion allemand, c’est le slovène, le leader actuel de la coupe du monde, qui a remporté les 2 concours suivants, notamment le dernier à Innsbruck, avec un saut incroyable à 132 mètres :

.

Avec ces 2 victoires en 3 concours disputés, Peter Prevc se dirige tout droit vers une 1ère victoire dans cette épreuve et pourrait également prendre le large au classement général de la coupe du monde, Pour Severin Freund, l’équation est simple : il doit non seulement remporter le dernier concours à Bischofshofen, mais également reprendre près de 20 points à son rival. Autant dire, qu’à moins d’une énorme contre-performance du leader actuel, il devra se contenter de la seconde marche du podium. Derrière les 23 champions, c’est une armada de norvégiens qui se pressent au pied du podium, avec respectivement, Kenneth Gangnes, 3ème, Johann Andre Forfang, 5ème et Anders Fannemel, 6ème et au milieu se dresse Michael Hayboeck, l’autrichien, 4ème. Côté Français, on le sait, la saut à ski est loin d’être une spécialité, mais signalons tout de même la belle régularité de Vincent Descombes Sevoie, qui a terminé respectivement 17ème, 19ème et 14ème des 3 concours et qui pointe à une honorable 16ème place au général.

En Football, on jouait surtout sur les terrains d’Angleterre, d’Espagne et de France avec le retour de la Coupe de France et l’entrée en lice des clubs de l’élite. Contrairement aux années précédentes, les clubs de l’élite ont su résister aux duels que leur offraient les clubs amateurs et seul Reims s’est fait surprendre par l’équipe de Chambly, qui évolue en National sur le score sans appel de 4 buts à 1. En dehors des rémois, tous les représentants de l’élite, opposés à des équipes de division inférieure, se sont donc qualifiés pour le tour suivant, mais parfois avec de grosses difficultés comme Saint-Etienne, qui a dû avoir recours aux tirs aux buts pour se défaire de Raon-l’Etape (1 but partout à la fin du temps réglementaire), ou encore Troyes et Lorient, qui ont dû attendre les prolongations pour éliminer respectivement Dunkerque et Tours. Même le tenant du titre, le grand PSG, s’en est remis à un but tardif, à l’heure de jeu, de sa star Zlatan Ibrahimovic :

pour se débarrasser de Wasquehal, équipe de CFA. Heureusement, certaines équipes de l’élite n’ont pas connu les mêmes difficultés, notamment Toulouse, vainqueur 5 buts à 0 sur le terrain de l’Entente SSG ou encore Lyon, qui pour les débuts officiels de leur nouvel entraineur, Bruno Génésio, a étrillé Limoges, pensionnaire de CFA2, 7 buts à 0, mais le carton de ces 32èmes de finale revient indubitablement à l’ASM, qui a cartonné la pauvre équipe voisine de Saint-Jean-Beaulieu sur le score de 10 buts à 2, devenant la première équipe à inscrire 10 buts en Coupe de France à ce niveau de la compétition depuis plus de 20 ans. Enfin dans l’un des 2 seuls duels entre équipes de l’élite (en attendant le match Nice-Rennes de ce soir), Caen et l’OM nous ont offert un magnifique spectacle, ponctué de nombreuses occasions et qui s’achève finalement sur la victoire de l’OM aux tirs aux buts, grâce à un Mandanda exceptionnel, qui a stoppé 3 penalties des caennais sur 4, et après un score final de 0 à 0, qui prouve qu’il peut encore exister de bons 0 à 0 !

On jouait donc également ce week-end en Angleterre, avant une trêve bien méritée d’une dizaine de jours, et le leader Arsenal a conservé son bien en s’imposant difficilement 1 but à 0 à l’Emirates Stadium face à Newcastle, sur un but du français Laurent Koscielny. Cependant ce week-end est surtout marqué par le retour en forme de Chelsea, qui s’impose facilement sur le score de 3 buts à 0 à Crystal Palace avec des réalisations d’Oscar, Willian et Costa et malgré la sortie sur blessure d’Eden Hazard. Avec victoire probante, surement la plus aboutie de leur saison actuelle, les blues reprennent de l’air au classement et surtout envoient un signal fort à leurs futurs adversaires, dont le PSG. Comme les londoniens, les joueurs de Manchester United se sont également donné de l’oxygène (ainsi qu’à leur manager) en s’imposant 2 buts à 1 à domicile face à Swansea, avec un but fantastique de Wayne Rooney :

qui devient ainsi le 2nd buteur de l’histoire de la Premier League et un autre but du français Martial, toujours aussi décisif de l’autre côté de la Macnhe. Du côté de la Mersey, comme le dit, lui-même l’intéressé, le message de Jürgen Klopp a toujours du mal à passer et les Reds de Liverpool retombent dans leurs travers en s’inclinant 2 à 0 à West Ham, avec le retour sur les pelouses de Dimitri Payet. Enfin les 2 principaux poursuivants des gunners, Les 2 City de Leicester et de Manchester ont connu des fortunes diverses, puisque les mancuniens se sont imposés 2 buts à 1 à Watford, tandis que leurs homologues des Midlands a concédé son second match nul consécutif 0 à 0 à domicile face à Bournemouth. Reste à savoir si cette contre-performance n’est qu’une digestion difficile des fêtes de fin d’année ou le début de la fin des rêves des joueurs de Claudio Ranieri, surtout si l’absence pour 2 semaines de leur buteur phare, Jamie Vardy, se confirme.

Enfin la 18ème journée de la Liga espagnole a été marquée par le 0 à 0 du Barca, qui pouvait enfin compter sur ses recrues de l’été Aleix Vidal et Arda Turan, dans le derby de Barcelone face à l’Espanyol, qui permet à l’Atlhetico de Madrid, vainqueur en fin de match, 1 but à 0 à domicile face à Levante de prendre seul les rênes du championnat d’Espagne avec 1 match de plus que son rival catalan. Avec ce score nul et vierge, les hommes de Luis Henrique sont restés muets pour la 1ère fois de la saison et ce malgré la présence sur la pelouse de leur fabuleux trio MSN, qui a tout de même touché les poteaux à 2 reprises par Messi et Suarez. Par contre, ce nul des blaugrana ne profite pas à l’autre équipe de Madrid, le Real, qui doit se contenter d’un résultat similaire à Valence. Cependant à l’inverse de leurs homologues catalans, les buteurs madrilènes ne sont pas restés muets avec des réalisations de Benzema et Bale, mais la défense merengue n’a pas su empêcher les valencians de réduire l’écart par deux fois, grâce à des buts de Parejo et Alcacer. Avec ce résultat, la maison blanche reste à 2 points des barcelonais avec également 1 match en plus que leurs rivaux.

En Top 14, toujours pas de trêve pour nos rugbymen hexagonaux, qui jouaient, comme la semaine dernière sur toutes les pelouses de Navarre. Le Racing 92 en a profité pour bonifier sa victoire de la semaine dernière à Michelin et battre à Colombes, une belle équipe de l’UBB, qui avec les arrivées des recrues du mondial, notamment les australiens Adam Ashley-Cooper et Sekope Kepu, pourrait avoir une belle carte à jouer cette saison. De son côté, Toulon a eu toutes les peines du monde à se débarrasser du petit poucet palois, qui dans un match soporifique et indigne de l’effectif des varois, ramène un point précieux de Mayol. L’ASM, de son côté, a eu besoin d’une mi-temps, pour prendre la mesure du dernier du classement, le SU Agen. Menés 9 à 0 à la pause, les jaunards, après une seconde période beaucoup plus aboutie, comme en témoignent leurs 3 essais (dont 1 de pénalité), échouent à un cheveu du bonus offensif :

Enfin dans le choc des stades de cette 12ème journée, le Stade Français a miraculeusement battu (grâce à un essai validé à la vidéo de Paul Williams dans les dernières minutes) sur le fil une solide équipe de Toulouse, qui confirme, malgré son élimination précoce en coupe d’Europe, qu’elle sera bien présente sur la scène nationale cette saison. Avec cette victoire, les franciliens, tenants du titre, reprennent un peu d’air en bas de classement. Ils sont désormais 11ème avec 22 points. De son côté, le Stade Toulousain rejoint en tête du Top 14 le Racing 92 et l’ASM grâce à son point défensif décroché à Jean Bouin.

L’actualité rugbystique de la semaine était également dans les couloirs de Marcoussis avec la 1ère sélection tant attendue du néo sélectionneur Guy Novès. Comme prévu l’ancien manager du Stade Toulousain a voulu se démarquer de son prédécesseur en apportant beaucoup de sang neuf, avec les arrivées de Jedrasiak, Poirot ou encore Camara et les retours de Lauret, Plisson, Trinh-Duc ou encore Médard. Il a également choisi de se passer de certains hommes forts de l’équipe de Philippe Saint-André comme Bastareaud, Nyanga ou Nakaitaci :

Espérons simplement qu’au-delà du choix des hommes, le projet de jeu total, voulu par le nouveau sélectionneur, permettra aux bleus de tutoyer de nouveau les sommets du rugby européen et mondial.

En Basket, seule la NBA est au programme et l’actualité de la semaine est la 2nde défaite de la saison des Golden State Warriors à Dallas (

)

en raison notamment de la blessure de leur star, Stephen Curry, qui lui a fait manquer 2 matchs, avec pour son équipe, une défaite, à Dallas donc, mais également une victoire sur le parquet des Rockets de Houston, qui prouve que les californiens savent gagner sans leur « franchise player ». Ce dernier a repris le chemin des parquets lors de la nouvelle victoire de son équipe à Denver mais pourrait avoir rechuté faisant craindre le pire du côté d’Oakland (même si le joueur a déclaré que cette blessure était moins grave que la 1ère :

)

Du côté des autres équipes de l’Ouest, c’est toujours San Antonio, qui chasse les californiens de près avec une série de 11 victoires sur les 12 dernières rencontres et surtout une invincibilité préservée à domicile depuis le début de la saison et 20 victoires en autant de rencontres. Sauf incident de parcours, les coéquipiers des français Tony Parker et Boris Diaw, seront les principaux outsiders des Warriors pour la place en finales NBA, même si Oklahoma City (24v-10d) ou les Clippers de Los Angeles (22v-13d) pourraient avoir une carte à jouer. A l’Est, Les Cavs de Lebron James gardent la main malgré leurs 2 défaites de Noël (à Golden State et à Portland) rapidement effacées par 3 victoires consécutives, à Phoenix et à Denver puis face à Orlando. Avec un bilan de 22 victoires pour 9 défaites, les joueurs de l’Ohio, gardent de la marge sur leurs principaux poursuivants que sont désormais, les Hawks d’Atlanta, avec un bilan de 21 victoires pour 13 défaites et une série en cours de 7 victoires sur les 8 derniers matchs, les Raptors de Toronto avec le même bilan que les californiens et une série en cours de 4 victoires sur leurs 5 derniers matchs et enfin les Bulls de Chicago qui comptent 1 victoire et 1 défaite de moins que leurs homologues, et qui ont su effacer 3 défaites consécutives mi-décembre par une série de 4 victoires en 5 matchs. Cependant les joueurs de l’Illinois devront cependant composer, pendant plusieurs semaines, sans leur « frenchie », Joakim Noah, blessé à l’épaule gauche :

Je ne voudrais pas terminer cette chronique sans vous renouveler à tous, et à vos proches, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année, que nous espérons, que vous passerez en lisant toujours aussi régulièrement les informations de weekly.fr.

Sportivement

@Passion_Sport

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs

";