Retrouvez Weekly sur Facebook

Sport

Rétro 2015 : retour sur l'actualité sportive

Top 10 des meilleurs moments et des plus grands champions français et internationaux de l'année sportive 2015 !

1-Le Sacre de Teddy Rinner

Cet été à Astana le champion français Teddy Riner aux mensurations hors normes (2.04m et 130kg) a profité des championnats du monde au Kazakhstan pour enrichir son palmarès d’une septième couronne mondiale dans la catégorie des plus de 100kg. Et pourtant, sa préparation pour ces championnats fut loin d’être idéale, d’abord opéré au coude au mois de février, il s’est ensuite blessé a un orteil du pied droit un mois plus tard. Malgré ça le français termine ce championnat avec une 95ème victoire consécutive et reste invaincu depuis septembre 2010. Si on ajoute à ce succès son titre obtenu en 2010 à Tokyo en toutes catégories, il en est désormais à 8 titres mondiaux ce qui fait de lui le judoka le plus titré de l’histoire. Je vous invite à revoir ci-dessous l’ultime combat contre le Japonais Shichinori qui a donné du fil à retordre à notre champion qui pour une fois ne s’est pas imposé sur un ippon, qu’importe le grand huit est acquis :

2-Nom : Manaudou, Prénom : Florent

Le Français qui a longtemps vu sa sœur Laure truster les victoires dans les bassins a mis un point d’honneur à définitivement se faire un prénom aux yeux des supporters. Lors de ces championnats du monde de Kazan en Russie, Florent a complété sa collection sur sa discipline favorite le 50m nage libre en décrochant le titre au terme d’une longueur bouclée en 21’’19. Il est maintenant à la tête d’une collection acquise aux championnats d’Europe, aux Jeux Olympiques et désormais aux championnats du monde. Si l’on ajoute à ce titre ceux acquis lors des épreuves du relai 4x100m et 50m papillon on obtient un championnat en tout point réussi qui permet au nageur de rentrer au panthéon des nageurs Français. On comptera d’ailleurs beaucoup sur Florent pour faire briller haut les couleurs françaises lors des prochains jeux olympiques de Rio en 2016. En attendant je vous invite à revoir le sacre de Florent sur 50m :

3-Le Roi Usain Bolt

Comme le dit le proverbe, rien ne sert de courir il faut partir à point. Et cet adage convient très bien au sprinteur Jamaïcain qui dans une année jonchée de blessures et de chronos quelconques a réussi à jouer sa meilleure partition au meilleur des moments. Et pourtant, bien qu’invaincu dans une finale de grand championnat sur 100m depuis 2007 (hormis son échec pour faux départ à Daegu en 2007) le champion Jamaïcain abordait cette finale dans la peau de l’outsider. La faute au controversé américain Justin Gatlin qui se permet de courir encore plus vite (sic) que pendant la période précédant sa suspension pour dopage (suspendu de 2006 à 2010). Malgré ça, le sprinteur américain titulaire des 5 meilleurs chronos de l’année dont un 9’’74s à Doha au mois de mai n’a pas su résister à la pression et laisse le fantasque Usain Bolt triompher en 9’’79s. Et comme si cela ne suffisait pas, il a également conservé ses couronnes sur 200m et 4x100m. Avec désormais 11 titres mondiaux et 6 titres Olympiques, Usain Bolt est désormais le sprinteur le plus titré de l’histoire, et il voudra à coup sûr lui aussi définitivement entériner sa domination lors des prochains Jo de Rio. Je vous invite à revoir cette magnifique finale du 100m de Tokyo :

4-Le sacre des Warriors en NBA

Alors que tous les spécialistes et amateurs de basket US attendaient les Cavs du revenant Lebron James ou le collectif toujours huilé des Spurs de Greg Popovich, les Golden State Warriors ont surpris cette saison en NBA pour remporter leur premier titre depuis 40 ans et l’époque du grand Rick Barry. Emmenés par un Stephen Curry, auteur d’une saison remarquable et logiquement élu MVP de la saison régulière, les californiens ont construit leurs succès sur une insolente adresse à 3 points (près de 40% de réussite et 883 paniers réussis, dont 286 pour le seul Stephen Curry) et surtout un collectif exacerbé, loin du « Star System »de la plupart des autres franchises. Avec un effectif construit essentiellement autour de leur capitaine star mais aussi de Klay Thompson, Andre Iguodala ou encore le surprenant Draymond Green (pas loin d’être désigné MIP de la saison - joueur ayant le plus progressé) et guidé par leur coach rookie, Steve Kerr, les Warriors ont tout d’abord bouclé la saison régulière en tête de toute la ligue avec un bilan de 67 victoires pour seulement 15 défaites, avant de se défaire successivement en playoffs des Pelicans de La Nouvelle-Orléans (4-0), des Grizzlies de Memphis (4-2) et des Rockets de Houston (4-1) pour croiser en finales NBA la route des Cavs de Lebron James. Privés de leurs stars Kyrie Irving et Kevin Love, blessées, et malgré un « Choosen One » inarrêtable, les joueurs de l’Oregon n’ont pas pu résister à une équipe d’Oakland déchainée, qui s’impose lors du 6ème match, dans la Quicken Loan Arena :

A la surprise générale, ce n’est ni Stephen Curry, ni Lebron James qui sont désignés MVP des Finales mais le vétéran André Iguodala, auteur d’une série remarquable aussi bien en attaque, qu’en défense sur la star des Cavaliers. Après ce succès retentissant, les Warriors ont su confirmer leur nouveau statut en débutant la saison 2015-2016 par une série de 24 victoires consécutives et un bilan actuel de 29 victoires pour 1 seul défaite. Une équipe est née en cette saison 2014-2015 ; reste à savoir jusqu’où elle ira …

5-Les volleyeurs français sur le toit du Monde

Le handball français avait ses « barjots » ou ses « experts », le volley-ball a désormais sa Team « Yavbou », qui a crevé l’écran cette année sur tous les terrains du monde. Vierge de tout titre mondiaux jusqu’en 2015, les volleyeurs tricolores se sont payés cette année le luxe de remporter 2 titres internationaux. Tout d’abord la Ligue Mondiale, courant juillet, en venant à bout des favoris brésiliens en poule, puis des polonais en ½ finales avant d’écraser la Serbie 3 sets à 0 en finale à Rio. Puis ensuite le Championnat d’Europe, en octobre à Sofia, en battant une nouvelle fois les serbes en ¼ de finales, mais surtout les locaux bulgares en ½ finale et les surprenants slovènes en finale. Portés par leur entraineur, ex international, Laurent Tillie et surtout par leur superstar, aussi génial sur le terrain qu’imprévisible en dehors, Earvin N’Gapeth auteur d’un geste incroyable sur la balle de match du Championnat d’Europe :

.

Les bleus ont donc vécu une année 2015 historique qui leur autorise de légitiment rêver plus grand en 2016, avec en point d’orgue les Jeux Olympiques de Rio, pour lesquels ils feront logiquement partis des favoris, à condition pour eux de se qualifier, car, comme souvent dans une telle situation, le plus dur reste souvent de confirmer …

6-Football : l'année du Barça

Dire que 2015 fût l’année du Barça en football est un doux euphémisme. Cette année, les blaugrana ont tout simplement survolé la planète football et dominé la concurrence de la tête et des épaules. Pourtant cette saison était marquée par un renouvellement important de l’effectif catalan avec les départs de Victor Valdes, Cesc Fabregas et Alexis Sanchez, compensés par les arrivées d’Ivan Rakitic et Luis Suarez, mais aussi la retraite de Carles Puyol et le déclin progressif de Xavi Hernandez. Malgré cela et une interdiction de recruter jusqu’en 2016, les joueurs de Luis Henrique, au club depuis 2014 ont rapidement trouvé leurs marques, notamment emmenés par leur fabuleux trident MSN, Messi-Neymar-Suarez, qui a fait vibrer le Camp Nou toute l’année avec 142 buts et 59 passes décisives à eux trois sur l’année civile. En remportant non seulement la Liga espagnole, la Coupe du Roi, mais aussi la Ligue des Champions, en finale face à la Juventus de Paul Pogba, ainsi que la Super Coupe d’Europe et la Coupe du Monde des Clubs, le Barça a remporté en 2015 toutes les compétitions auxquelles il a participées et n’a perdu que 6 matchs sur l’ensemble de la saison, dont un face au PSG, en phase de poules de la Ligue des Champions (le Barca prendra sa revanche un peu plus tard en ¼ de finale en battant 2 fois les joueurs de Laurent Blanc 3-1 au Parc puis 2-0 au Camp Nou). En images, la saison 2014-2015 des blaugrana est encore plus impressionnante :

Afin de compléter le tableau parfait, reste à Lionel Messi à remporter son 5ème ballon d’or début janvier et ce millésime 2015 pourra être comparé à celle de Pep Guardiola de 2011, considéré comme le plus abouti de ces dernières années.

7-Tennis : Djokovic et Williams au sommet

Elu Champions des Champions de l’année 2015 par de nombreuses rédactions sportives, Novak Djokovic est assurément l’homme fort de cette année écoulée, et comment pourrait-il en être autrement ? Certes le serbe domine depuis plusieurs années déjà le circuit ATP de la tête et des épaules mais sa domination a atteint cette année un paroxysme inégalé. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir son bilan : il a participé à toutes les finales des 4 tournois du grand chelem, pour une seule défaite à Paris (le dernier tournoi majeur qui lui résiste encore) ; sur 16 tournois disputés, il a atteint 15 fois la finale pour 11 titres remportés ; son pire résultat de l’année est un ¼ de finale à Doha lors du 1er tournoi de l’année, battu par Ivo Karlovic ; les seuls autres joueurs à l’avoir battu cette saison sont Stan Wawrinka, Andy Murray et Roger Federer (3 fois). Cette saison, il a donc réalisé son 2nd petit chelem en carrière, battu les records de victoires en Masters 1000 et de points ATP sur une saison et porté son palmarès à 10 victoires en grand chelem, 5 en Masters, 26 Masters 1000 et 59 titres en tournois. Le serbe trône, seul, sur la planète Tennis et son grand challenge pour 2016 sera de s’imposer enfin Porte d’Auteuil pour, peut-être, devenir le plus grand joueur de l’histoire de ce sport. Côté féminin, Serena Williams n’est pas en reste non plus, même si sa domination sur le circuit WTA a été moins écrasante que celle du serbe sur le circuit ATP. En effet la championne américaine s’est essentiellement consacrée aux tournois majeurs, dont elle a remporté 3 éditions sur 4 (n’échouant qu’en ½ finale à l’US Open, sa défaite la plus cruelle cette saison). Elle termine tout de même l’année numéro 1 mondial, avec un bilan de 53 victoires pour seulement 3 défaites et 5 titres remportés, seulement, pourrait-on dire. Elle compte désormais à son palmarès 21 titres majeurs et son challenge pour 2016 sera de remporter enfin un grand chelem, qui n’a pas été réalisé depuis Steffi Graf en 1988.

Retour en images sur les meilleurs moments de la saison des 2 champions :

8-Les Handballeurs français sur le toit du Monde :

S’il y a bien un sport par équipe où la France domine le reste de la planète, c’est bien le handball, et une fois encore l’équipe emmenée par le sélectionneur Claude Onesta en a fait la démonstration. 20 ans après son premier titre mondial les bleus ont profité de cette compétition organisée au Qatar pour ajouter une cinquième couronne mondiale à leur palmarès. Ils sont désormais tenant du titre des 3 couronnes internationales majeures à savoir, l’Euro, les JO et donc le mondial. L’histoire retiendra que la victoire finale fut acquise face aux organisateurs de cette compétition : le Qatar. Cette équipe emmenée par le sélectionneur Valéro Rivera lui-même ancien sélectionneur de l’équipe d’Espagne s’appuie sur de (« trop» ndlr) nombreux joueurs naturalisés et l’on ne peut que se féliciter d’une victoire des bleus face à une équipe dont la fédération ne compte qu’une centaine de licenciés. Après avoir dominé les espagnols 26-22 en demi-finale, les bleus se sont donc imposés 25-22 en finale. Au terme de cette finale le titre de meilleur joueur de la compétition est revenu à l’inoxydable Thierry Omeyer qui du haut de ses 38 ans prouve une fois de plus toute sa compétitivité et sa longévité au plus haut niveau en faisant de lui pour de nombreux observateurs le meilleur gardien de tous les temps. Je vous invite à revoir les meilleurs moments de cette finale ci-dessous :

9-La coupe du monde de Rugby

Dans les événements sportifs ayant marqué l'année, nous ne pouvions pas passer à côté de la Coupe du Monde de rugby organisée par l'Angleterre et le Pays de Galles. Au-delà du succès populaire comme les anglais savaient si bien faire (record de spectateurs pour le match Nouvelle Zélande vs Argentine et ensuite Irlande vs Roumanie avec respectivement 89 019 et 89 267), et au-delà des revenus financiers engendrés, ce sont les acteurs sur le terrain qui nous ont vraiment fait vibrer, qui nous ont tant fait rêver que désespérer, et qui ont marqué l'histoire du rugby. Pour le rêve, c'est l'équipe japonaise qui a le plus fait rêver et vibrer ses fans. Leur victoire face à l'Afrique du Sud, avec un essai plein d'envie et de culot à la dernière minute donnant la victoire par 34-32, a grandement contribué au succès mondial de cette Coupe du Monde. Malheureusement, les japonais n'ont pas réussi à se qualifier pour les quarts de finale.



Il y a eu ensuite la déception avec les équipes d'Angleterre et de France. Déception pour les anglais car leur équipe, pour la première fois de son histoire, ne s'est pas qualifiée pour les quarts de finale. De plus, les anglais ont marqué l'histoire du rugby mondial, en étant la première nation organisatrice à ne pas se qualifier pour les quarts de finale. La déception, côté français, est venue de la lourde défaite en quarts de finale face à la Nouvelle-Zélande. Les néo-zélandais ont marché sur les français et pour l'illustrer l'essai de Savea à la 37ème minute. Score final : 62-13.
Et pour terminer cette belle coupe du Monde, l'histoire du rugby mondial a été marquée par la première équipe à conserver son titre mondial, mais aussi la première équipe à être triple championne du monde, et cela ne pouvait être autre que la Nouvelle-Zélande. Dans une ambiance de finale, dans un stade mythique, les néo-zélandais et les australiens ont offert un spectacle époustouflant et vibrant du début jusqu'à la fin du match. Les néo-zélandais s'imposent par le score de 34-17, et toute une génération de grands joueurs (Dan Carter, Richie McCaw, Ma'a Nonu, Kieran Read, Jerome Kaino) soulève le trophée Webb Ellis.

coupe_du_monde.jpg

10-Mais aussi :

Nous aurions pu parler de beaucoup d'autres événements sportifs qui ont été marquants aux yeux de certains de nos lecteurs. Comme le sport suscite des émotions, notre avis est forcément subjectif. Ainsi, nous tenions à terminer par une liste de certains événements sportifs qui auraient aussi mérités d'être cités voir développés. Nous aurions aussi pu parler de :
- Le nouveau jeune prodige du golf, l'américain Jordan Spieth, n°1 mondial avec 2 titres de Tournoi Majeur remportés cette année ;
- Porsche et sa victoire au 24 Heures du Mans mettant ainsi fin à l'hégémonie d'Audi ;
- Fourcade et ses 4 globes de cristal consécutifs à la Coupe du Monde de Biathlon ;
- Le scandale FIFA ;
- Le flop du match Mayweather vs Pacquiao annoncé comme le match du siècle.

Mais, nos derniers mots, nos dernières émotions, nos derniers hommages, et nos derniers honneurs vont aux nombreux événements extra-sportifs qui ont ému la nation sportive. Nous commencerons par la disparition de certains sportifs comme : Camile MUFFAT, Johan LOMU, Moses MALONE, Jules BIANCHI, Alexis VASTINE et Florence ARTHAUD.

montage.JPG

Pour terminer notre année 2015, nous voulons remercier tous les intervenants dans les hommages à travers le monde pour les horribles attentats de Paris. Plus que des paroles, les hommages au Parc des Princes et lors du match amical Angleterre vs France.

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs