Après l’acquittement d’un homme poursuivi pour le viol d’une fillette de onze ans et la requalification en atteinte sexuelle d’un viol sur une autre enfant du même âge, Marlène Schiappa a promis l’inscription de la présomption irréfragable de non-consentement des enfants dans la loi.

Une simple "atteinte sexuelle". Une "défaillance légale". Un "rapport consenti"… Comment la justice de notre pays peut-elle tolérer de requalifier un viol sur une fillette de onze ans ? Comment peut-elle carrément acquitter un homme jugé pour le viol d'une autre enfant de onze ans ? On ne parle pas d’une femme ou même d’une adolescente. On parle bien d’une enfant.

À onze ans, on entre au collège. On y va en trottinette. On y retrouve ses copines. On critique le prof de maths. On glousse devant "le beau gosse" de la classe et les "grands" de quatrième… Mais ça s’arrête là.

À onze ans, on ne donne pas son consentement pour avoir une relation sexuelle avec un adulte. Tout simplement parce qu’à cet âge-là, on ne pense pas à ces choses. On ne sait pas.

Devant le tollé provoqué par ces deux affaires, un projet de loi est en cours d’élaboration, notamment sur la présomption irréfragable de non-consentement des enfants. C’est Marlène Schiappa qui a confirmé la nouvelle. Tout l’enjeu est[...]

Suivez-nous

Les auteurs