Peut-on profiter pleinement de la douceur de l’été indien et des plaisirs simples de la vie lorsque des centaines de personnes perdent la leur de l’autre côté de la planète ?

Ce week-end, la météo a été particulièrement clémente. Le thermomètre a grimpé en flèche. On a investi les jardins et les terrasses. On a profité du soleil. Les selfies, lunettes de soleil vissées sur le nez, ont pullulé sur les réseaux sociaux. Sans parler des photos de "pique-nique à la plage en octobre", "d’après-midi au bord de la piscine"… On a balancé les bottes dans le placard et raccroché les vestes. On a troqué le jeans contre un short. Et on a loué le retour de l’été indien.

Certains ont chamboulé leur planning. D’autres se sont attelés avec plus de motivation à leurs corvées. Pour tous, le week-end a été prolifique et presque magique. Une parenthèse de douceur. Quelques heures de petits bonheurs.

Le retour à la vie réelle a été rude. Les images effroyables de Mogadiscio nous ont ramenés sur Terre. Brutalement. Plus de 200 personnes ont été tuées dans le pire attentat jamais commis en Somalie. Le monde va mal. On l’oublie parfois. On veut l’oublier. On espère l’oublier. Et pourtant, c’est en profitant de la vie, malgré[...]

Suivez-nous

Les auteurs