Avec cette loi, la France devenait alors le 14ème pays à autoriser le mariage homosexuel. Si certains demandent toujours son abrogation, le cataclysme annoncé n’a pas eu lieu.

Quoiqu’on en dise, le 23 avril 2013 est entré dans l’histoire. Ce jour là, 331 députés votaient l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Durant de longues heures, Christiane Taubira et Dominique Bertinotti auront bataillé dans l’hémicycle, défendu avec force le texte jusqu’à son adoption.

Pour certains le PACS était bien assez. Dans une grande mansuétude, d’autres étaient prêts à aller jusqu’à une union civile. Mais permettre le "Mariage", il ne fallait pas pousser quand même !

Cela allait forcément mettre fin à ce "privilège" hétérosexuel. Selon l’INSEE, en 2017, 3% des unions concernaient des couples homosexuels. Oui, une véritable invasion gay dans les mairies...

On se souvient de l’opposition au Mariage Pour Tous, à ces manifestations où des propos d’une violence inouïe pouvaient souvent être vociférés, au nom d’une prétendue défense de la famille traditionnelle. Car la nouvelle loi allait, en plus de faire tomber une pluie de sauterelles sur la France, ouvrir la voie à la PMA, à la GPA, ce qui allait définitivement provoquer l’apocalypse.

C’est bien connu, les enfants ne grandissent bien, totalement équilibrés et aimés, qu’avec une mère et un père. On pourrait ressortir les dernières statistiques de l’INSEE sur les différents modèles de famille, dont celles monoparentales qui ne cessent d’augmenter. Jetons aussi un œil sur un récent sondage où 58% des Français se disent pour la [...]

Suivez-nous

Les auteurs