Retrouvez Weekly sur Facebook

Sport

L'essentiel de l'actualité sportive du 22 au 28 février 2016

L'élection de Gianni Infantino à la présidence de la FIFA, l'actualité du footall européen avec les coupes d'Europe et les grands championnats, mais aussi le Rugby, avec le tournoi des 6 nations et le Top 14 ou encore le basket français et outre-atlantique et les sports d'hiver, ...

L’événement sportif de cette semaine est Gianni Infantino :

L’italo-suisse de 45 ans, ex-secrétaire général de l’UEFA depuis 2009, a été élu ce vendredi président de la FIFA, succédant à 17 années de règne de Sepp Blatter. Réputé intègre et parlant couramment 5 langues, dont le français, ce juriste de profession a su profité des déboires de Michel Platini pour mener sa barque jusqu’aux plus hautes sphères de la plus importante fédération sportive au monde et remporter l’élection avec 118 voix sur 207 face au favori, notamment soutenu par les confédérations africaines, Cheick Salman, qui a obtenu 88 voix. Cependant, le plus dur est devant lui avec l’image à redorer d’une instance totalement en perdition et miné par les soupçons de corruption. Cette élection surprise doit donner beaucoup de regrets à Michel Platini, dont la sanction d’inéligibilité a été réduite en appel de 8 à 6 ans pour services rendus au football. Une preuve de plus de l’incohérence et de l’illégitimité de tribunal de la FIFA qui a condamné les ex présidents de la FIFA et de l’UEFA.

En Ligue des champions, le Barça et Manchester City ont chacun un pied et 4 orteils en ¼ de finale de la compétition après leurs victoires respectives 2 à 0 à Arsenal et 3 buts à 1 à Kiev. Pour s’imposer à l’Emirates Stadium, le Barca s’est en remis, une fois n’est pas coutume, à sa star, Lionel Messi, auteur d’un doublé et qui n’a pas laissé à ses compères de la MSN, Suarez et Neymar, le soin de guider leur équipe vers la victoire. Dans les 2 autres quarts de finales au programme cette semaine, l’Atlético de Madrid et le Bayern de Munich sont en ballotage favorable après leurs nuls respectifs à Eindhoven et à Turin. Menés 2 buts à 0 par des bavarois survoltés, les coéquipiers de Paul Pogba reviennent de loin et sont parvenus à arracher une égalisation inespérée à moins d’un ¼ d’heure de la fin de la rencontre. Un authentique exploit pour les finalistes en titre de la coupe aux grandes oreilles mais surement insuffisant pour leur permettre d’espérer atteindre le tour suivant.

En Europa League, comme l’an dernier, il n’y a plus de clubs français présents au stade des 1/8ème de finale. Pourtant marseillais et stéphanois se sont employés pour franchir ce cap mais ils sont tombés sur des adversaires supérieurs et plus déterminés qui ont chacun acquis leurs qualifications dans les toutes dernières minutes du match. Bien que nos représentants hexagonaux n’aient pas à rougir de ces éliminations, celles-ci sont tout de même symptomatiques du faible niveau de la Ligue 1, également symbolisé par la toute-puissance du PSG. Le 5ème rang de la France à l’indice UEFA est toujours autant menacé par le Portugal et la Russie et sera conditionné par le parcours à venir du PSG en Ligue des Champions. Souvent considéré comme une coupe d’Europe bis, bien loin du prestige de sa grande sœur, la Ligue Europa nous ouvrira tout de même quelques ¼ de finales dignes de son illustre grande sœur, comme Liverpool – Manchester United, Bilbao – Valence ou encore Dortmund – Tottenham, actuellement seconds de leurs championnats respectifs et donc qualifiés pour la prochaine saison de la Ligue des Champions. Le tableau complet des ¼ de finales :

Dans le reste de l’actualité Football, en Ligue 1, l’événement que plus personne n’attendait est enfin arrivé. Le PSG a concédé son premier revers de la saison dans le flambant neuf « grand stade » de Lyon. Menés 2 buts à 0 à la mi-temps, sur des buts de Cornet et Darder, les parisiens sont rapidement revenus dans la rencontre avec un but de Lucas Moura mais auront ensuite buté sur une équipe de Lyon dominatrice, qui tient enfin son match référence de l’ère Génésio et semble armée pour aller chercher la 3ème place de la Ligue 1 qui lui ouvrirait les portes de la Champions League. Auteurs de l’un de leurs pires matchs de la saison, les parisiens perdent donc pour la 1ère fois en championnat depuis leur défaite à Bordeaux, le 15 mars 2015 et ne battront pas le record d’invincibilité sur 1 saison du FC Nantes de 1994-1995. Dans les autres rencontres de cette 28ème journée, signalons la nouvelle défaite du Téfécé à domicile face à Rennes qui plongent les toulousains dans les bas-fonds du classement de Ligue 1 et qui a entrainé la démission de leur entraineur, Dominique Arribagé. Avec 1 pied et 4 orteils en Ligue 2, cette démission est probablement la première pierre de la future équipe qui sera chargée de retrouver l’élite l’an prochain. Dans le choc des ambitieux, Nantes et Monaco sont resté dos à dos, 0 à 0 et conservent tous 2 leurs chances de qualification européenne l’an prochain, surtout l’ASM, toujours dauphin du PSG. La grosse opération de ce week-end est l’œuvre de Caen, qui s’impose 2 buts à 1 à Geoffroy-Guichard, face à des verts, qui avaient surement encore la tête à Bale et qui prennent place au 4ème rang de la ligue 1, tandis que les stéphanois, qui devront rapidement oublier cette semaine cauchemardesque, plongent au 7ème rang. Enfin signalons que le match entre Ajaccio et l’OM a été reporté en raison de conditions météorologiques et d’un terrain impraticable :

Pour clore cette page Ligue 1, un mot sur les suites de l’affaire « Aurier » qui est finalement mis à la disposition de la réserve jusqu’au 20 mars, date à laquelle il pourra réintégrer l’effectif de Laurent Blanc. Une sanction finalement clémente mais qui ne présage en rien de l’accueil qui sera réservé au joueur par ses coéquipiers et son entraineur après les déclarations qu’il a faites.

En Angleterre, Liverpool et Manchester City étaient opposés lors de la finale de la League Cup, équivalent de la coupe de la ligue française et ce sont les citizens qui se sont imposés aux tirs aux buts après un score de 1 but partout à la fin du temps règlementaire et des buts de Fernandinho en début de seconde période et une égalisation tardive de Coutinho à moins de 10 minutes du terme. Le héros de la soirée se nomme donc Caballero, gardien de Manchester qui a stoppé 3 pénaltys pour offrir aux siens leur premier trophée de la saison. En championnat, la 27ème journée était marqué par le duel entre Manchester United et Arsenal qui a vu les Red Devils, pourtant privés de leurs buteurs Wayne Rooney et Anthony Martial, blessés, retrouver quelques couleurs dans cette saison morose et signer un succès de prestige 3 buts à 2 face à des Gunners qui voient le titre s’éloigner de plus en plus d’autant plus que les 2 leaders Leicester City et Tottenham se sont respectivement imposés respectivement face à Norwich et Swansea :

En Espagne, la 26ème journée de Liga a été marquée par la 1ère défaite de l’ère Zidane du Real Madrid face à l’ennemi de toujours, l’Atletico de Madrid, sur un but du français Antoine Griezmann, qui prouve qu’il peut également être décisif lors des grands rendez-vous :

Avec ce succès de prestige au Bernabeu, les hommes de Diego Simeone ont désormais 4 points d’avance sur les merengue et s’affirment comme les uniques rivaux du FC Barcelone dans la lutte pour le titre en Liga, comme l’a annoncé Zidane lui-même après la défaite des siens :

Mais cette petite phrase, empreinte du réalisme froid de l’ex meneur de jeu des bleus, n’est rien comparé au tsunami provoqué par la star Cristiano Ronaldo, qui a ouvertement critiqué certains de ses coéquipiers après ce revers :

Si on pouvait penser que l’arrivée de Zizou sur le banc de la maison blanche en avait apaisé le vestiaire, nul doute que cette sortie médiatique de CR7 devrait remettre le feu au poudre et donner beaucoup de travail et de sueurs froides à l’ex capitaine des bleus, confronté ici à son premier grand défi de manager. Dans le même temps, le Barça s’est imposé 2 buts à 1 sur sa pelouse du Camp Nou face au FC Séville, notamment grâce à un coup-franc sompteux de son maitre à jouer, Lionel Messi et à une nouvelle passe décisive de Luis Suarez pour Gerard Piqué :

Grâce à ce 34ème match sans défaite d’affilée, les blaugrana signent la meilleure série jamais réalisée par un club espagnol et conservent 8 points d’avance sur leur dauphin, l’Atlético et 12 sur le Real Madrid.

En Italie, la Juventus a un peu plus enfoncé cette pauvre équipe de l’Inter de Milan en s’imposant facilement 2 buts à 0, au Stade des Alpes face aux hommes de Siniša Mihajlovic. Les Turinois conservent la têt de la Série A et mettent la pression au Napoli, qui jouera ce soir sur le terrain de la Fiorentina pour ne pas se faire distancer. De leur côté les interistes restent 5ème, désormais à 13 points du leader turinois et surtout voient les places qualificatives pour la Ligue des Champions s’éloigner à grands pas, d’autant plus que l’AS Rome, grâce à un but somptueux du renaissant El Shaarawy (pourtant transparent en début de saison à Monaco) s’est imposé à Empoli :

En Allemagne, le Bayern de Munich a fait un pas de plus vers son 4ème titre de champion consécutive en s’imposant 2 buts à 0 à Wolfsburg, notamment grâce à ses français, Kinsley Coman, buteur et surtout Franck Ribéry, une nouvelle fois de retour (on espère pour de bon) et passeur décisif pour Robert Lewandowski, peu de temps après son entrée en jeu. De son côté, le Borussia Dortmund a du s’employer pour battre à domicile Hoffenheim mais reste accroché à 8 points du leader bavarois, qu’il accompagnera l’an prochain en Ligue des Champions.

En Rugby, les aléas du calendrier international nous offrait une nouvelle preuve de leurs incohérences avec au programme ce week-end la 4ème journée du tournoi des 6 nations mais également la 15ème journée du Top 14.

Tout bien tout honneur, commençons par le tournoi des 6 nations, qui a vu ce week-end la 1ère défaite de l’ère Novés face à une surpuissante équipe galloise. Pourtant nos tricolores n’auront pas démérité dans cette rencontre globalement dominée par des gallois, surs de leur fait mais il aura fallu une erreur de Jules Plisson, coupable sur l’essai gallois de George North et d’une incapacité à franchir le mur érigé par les dragons lors des temps forts français pour que la rencontre bascule définitivement du côté de l’équipe au poireau. Et pourtant les bleus auront été exemplaires jusqu’au bout, notamment en conquête, et portés par un capitaine Guirado des grands soirs, comme en témoigne son essai en fin de match anecdotique mais porteur d’espoir si la France veut enfin vaincre la malédiction galloise, dont la dernière victoire remonte à la coupe du monde 2011.

Résumé vidéo de la rencontre :

Les 2 autres rencontres disputés ce week-end nous ont offert un spectacle digne des plus grandes rencontres de l’hémisphère sud. Au-delà des victoires de l’Angleterre face à l’Irlande à Twickenham, qui comme la semaine dernière, a construit son succès en 2nde période et de l’Ecosse en Italie, qui condamne définitivement les transalpins à la cuillère de bois, le grand vainqueur de ce week-end est bien le jeu. Du rythme, un peu de suspense (essentiellement en 1ère période en Angleterre) et surtout des essais, 3 à Londres et 5 à Rome : ces 2 rencontres ont prouvé la tendance observée lors de la dernière coupe du monde ; à savoir que les rencontres internationales de haut niveau se gagnent désormais balle en main et non plus arc-boutés devant sa ligne d’en-but. Un grand bravo et merci à ces 4 équipes qui nous ont offert de grands moments de rugby, dont je vous invite à revoir les meilleurs moments en vidéo :

En Top 14, les équipes privées de leurs internationaux ont énormément souffert, à l’image d’un stade toulousain qui s’est incliné pour la 1ère fois de la saison dans son antre d’Ernest-Wallon face à une équipe de Montpellier, réaliste et chanceuse, qui a dû attendre la tout fin d’un match interminable (8 minutes de jeu après la sirène) pour voir Doussain rater la transformation d’un essai de Matanavou pour valider sa victoire et éviter un match nul, qui tendait pourtant les mains aux rouges et noirs :

Il n’y a donc plus d’équipe invaincue dans notre championnat cette saison. Dans un match beaucoup moins spectaculaire mais tout aussi serré, l’ex leader, le Racing 92, qui souffrait pareillement de nombreuses absences, a également dû s’incliner à domicile face à Castres sur le score étriqué de 13 à 9. Les grands vainqueurs de cette journée se nomment donc le RCT, qui en atomisant Brives dans son antre de Mayol, 44 à 15, bonus offensif à la clé, a pris la tête du Top 14, mais aussi l’ASM et Bègles-Bordeaux, qui ont également gagné ce week-end, respectivement face à Oyonnax avec le bonus offensif et à Pau, afin de dépasser le stade toulousain au classement et ainsi conforter leurs places en barrages voire prétendre à une des 2 premières places, directement qualificatives pour les ½ finales.

En Basket NBA, Golden State est à nouveau à l’honneur cette semaine après leur victoire impressionnante à Oklahoma City, l’un de leur principal rival à l’Ouest. Une fois de plus cette victoire, la 53ème de la saison pour seulement 5 défaites, est empreinte de la classe de Stephen Curry, dont on voit mal ce qui pourrait l’empêcher d’être une nouvelle fois élu MVP de la saison :

Avec cette victoire en prolongations, les Warriors creusent un peu plus l’écart avec leurs poursuivants à l’Ouest et enchainent une 5ème victoire de rang depuis leur large défaite à Portland. Et surtout ils restent sur les traces des légendaires Bulls de 1996 de Michael Jordan et Scottie Pippen, qui n’avaient concédé que 10 défaites cette année-là. Derrière, OKC marquent donc le pas depuis la trêve du all-star week-end avec 4 défaites sur leurs 5 derniers matchs et voit s’éloigner des Spurs de San Antonio, qui enchainent, eux, 5 victoires de rang et restent avec les Warriors la seule équipe toujours invaincue à domicile. Il convient d’ailleurs de rendre à César ce qui appartient à César et de souligner la saison remarquable des coéquipiers de Tony Parker et Boris Diaw, qui ont également atteint le seuil des 50 victoires pour la 16ème année consécutive, pour seulement 9 petites défaites. Sans la présence de Stephen Curry et de ses coéquipiers, les texans seraient surement les grands favoris de l’Ouest voire du titre NBA. A l’Est, les Raptors de Toronto ont profité du léger coup de « moins bien » des Cavs de Cleveland pour revenir à seulement 2 victoires des coéquipiers de Lebron James, qui restent sur 4 défaites lors des 5 derniers matchs, contre 5 victoires de rang pour leurs adversaires canadiens. Les Cavs qui savent déjà qu’ils n’auront surement pas l’avantage du terrain lors d’hypothétiques Finales NBA, auraient tout intérêt à faire en sorte de conserver cet avantage non négligeable pendant les play-offs à l’Est. Derrière les 2 locomotives de l’Est, c’est toujours l’embouteillage avec pas moins de 7 équipes à plus de 50% de victoires, qui se tiennent à moins de 4 victoires les unes des autres : Boston, Indiana, Chicago, Detroit, Miami, Atlanta et Charlotte. Les places en play-offs seront chères à l’Est et les phases finales promettent déjà beaucoup d’intensité et de suspense.

En Pro A, la tête du championnat est toujours aussi disputée et c’est toujours la SIG de Strasbourg qui occupe le fauteuil de leader après sa victoire à Cholet, tandis que l’ex-co-leader, Gravelines recule d’un rang après sa défaite à Orléans et laisse le soin au promu monégasque de partager le 1er rang avec le finaliste en titre du championnat. Plus loin dans le classement, Nanterre conserve sa place dans les 8 premiers malgré sa défaite à Pau mais voit revenir dans son rétroviseur, Nancy facile vainqueur d’Antibes tandis que Limoges, une nouvelle fois battu, cette fois-ci à domicile par Chalon-sur-Saône, aura beaucoup de mal à défendre son titre acquis l’an dernier.

En Ski alpin, les tricolores sont une nouvelle fois à l’honneur avec les 2 victoires en Géant d’Alexis Pinturault sur les pistes d’ Hinterstoder en Autriche, notamment devant les 2 monstres de la discipline et leaders au classement général, Marcel Hirscher et Henrik Kristoffersen :

Grâce à ces 2nde et 3ème victoires de la saison en slalom géant, les 4ème et 5ème après les 2 succès acquis en Super Combiné, le français pointe désormais au 2nd rang du globe de Géant, devancé seulement par Marcel Hirscher et suivi par 2 autres français, Muffat-Jeandet, 4ème et Faivre, 6ème, et au 5ème rang du classement général de la coupe du monde, toujours dominé par Marcel Hirscher devant le danois, Henrik Kristoffersen. Dans l’autre épreuve du week-end, un Super-G, le danois Aleksander Aamodt Kilde a confirmé tout son potentiel en s’imposant devant le surprenant slovène Kline et le non moins surprenant Marcel Hirscher, qui prouve qu’il est à l’aise dans toutes les disciplines et qu’il n’a pas volé les 300 points d’avance qu’il compte actuellement au général du gros globe de cristal.

Les courses féminines ont, elles, été marquées par la chute spectaculaire de Lindsey Vonn, lors du Super-G de Soldeu en Roumanie :

Cette chute et l’interruption de la course qu’elle a provoqué, conjugué aux conditions météo défavorables ont permis à des skieuses moins habituées aux honneurs de s’illustrer car parties avec de petits dossards. Ainsi c’est l’italienne Federica Brignone, qui s’impose devant l’américaine Laurenne Ross et l’autrichienne Tamara Tippler, pour un podium inédit en coupe du monde. Fait incroyable, le lendemain et malgré sa chute de la veille, Lindsey Vonn était bien au départ du Super Combiné, dont elle a même remporté la 1ère manche de Super-G. Mais la championne américaine, encore trop limitée en slalom, n’a pas pu empêcher les spécialistes des piquets, à l’instar des 2 premières de la course, Marie-Michele Gagnon et Wendy Holdener, de revenir sur elle. A noter, la belle 3ème place de la française Anne-Sophie Barthet, qui signe le 3ème temps de la seconde manche pour son 1er podium en coupe du monde.

En Ski nordique, seules des épreuves de saut à ski et de combiné nordique étaient au programme. En saut à skis, le slovène Peter Prevc a remporté, haut la main, les 2 épreuves d’Almaty au Kazakhstan pour s’octroyer à 6 sauts de la fin de la saison, le globe de cristal de la discipline avec plus de 600 points d’avance sur son 1er poursuivant, l’allemand Severin Freund, 3ème et 2nd ce week-end. Déjà vainqueur de la tournée des 4 tremplins, le sauteur slovène réalise donc la saison parfaite et prend déjà rendez-vous pour les saisons à venir, tant sa domination sur cette discipline aura été impressionnante. En combiné nordique, les victoires, sur les pistes italiennes de Val Di Flemme sont revenues à l’autrichien Berhard Gruber et au norvégien Magnus Krogh, qui sont parvenus à tenir à distance le leader du général, l’allemand Eric Frenzel, respectivement 2nd et 4ème des 2 épreuves disputées mais qui conserve la tête du général, renforçant même son avance sur son plus sérieux poursuivant le japonais Akito Watabe, qui n’a pas pris part aux courses de ce week-end.

Sportivement

L'équipe Sportive de Weekly

@Passion_Sport

Et vous, quel est votre avis ? Exprimez-vous ! Réagissez à cet article.


Suivez-nous

Les auteurs

";